Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Projet de coopération international
La notion de liberté dans les villes européennes

Les installations de l'artiste slovène Boris Beja et de l'artiste français Edouard Burgeat (France) au parc Tivoli à Ljubljana interrogent le rôle de l'espace public dans le contexte des villes européennes.


FREIRAUM est un projet international initié par un réseau d’Instituts Goethe et d’institutions partenaires. Le projet questionne le rôle de l'espace public et la notion de liberté dans les villes européennes. À une époque où la démocratie européenne est fortement menacée, FREIRAUM défend la diversité culturelle et des valeurs telles que l'ouverture, l'inclusion et la liberté de circulation. Plus de 40 Instituts Goethe participent à ce projet d’une durée de deux ans après avoir été sélectionnés par tirage au sort. La seule condition était que les villes participantes se situent à au moins 1000 kilomètres de distance l’une et l’autre. C’est ainsi que les instituts de Ljubljana et de Paris ont été désignés pour former un tandem. Ils ont alors invité les artistes Edouard Burgeat et Boris Beja à réaliser des œuvres d’art. Tous deux traitent le thème de l'espace, tant sur le plan formel que sur celui du contenu, en utilisant une grande variété de supports. En dialogue avec deux commissaires, les artistes ont conçu un projet au parc Tivoli à Ljubljana qui, conformément aux règles des organisateurs, « thématise le concept de liberté dans la ville ».
"Fresh Pain", Boris Beja © Boris Beja L'installation « Jusqu'ici tout va bien » d'Edouard Burgeat (né en 1988 à Paris), construite en briques semi-transparentes de résine, dépeint subtilement l'histoire familiale de l'artiste français. Les briques individuelles contiennent des fragments de lettres et d'enveloppes envoyées à sa famille par le grand-père français de Burgeat depuis le front de la Seconde Guerre mondiale. Les souvenirs d'un autre temps et d'un autre espace sont capturés sous la forme d'un mur. Les documents apparaissent figés et prennent ainsi une nouvelle signification symbolique.
"Jusqu’ici tout va bien“ , Edouard Burgeat © Edouard Burgeat La mémoire peut-elle constituer un avertissement ? Boris Beja (Trbovlje, 1984) s'est également inspiré du passé pour sa série  « Fresh Pain » (2019), composée de quatre grands objets en bois. Il reprend l’idée des Strandkörbe, des fauteuils de plage, conçus à la fin du XIXe siècle comme mobilier mobile pour les dunes de la mer du Nord. Ils offrent une protection contre le soleil, le vent et le sable et offrent un lieu de refuge au milieu de l'agitation de la plage. Or, Beja leur ôte leur caractère voyeuriste, contemplatif et récréatif car dans son installation, il transforme le siège mobile en une sorte de mirador. Les passants peuvent certes s'y asseoir, mais les inscriptions « ACHTUNG » (ATTENTION) au dos et « FRESH PAIN » (DOULEUR FRAÎCHE) à l'intérieur des objets instaurent une distance et rendent sceptiques quant à la sécurité que pourrait apporter le fait de s'y asseoir et d’y chercher refuge.
Details Boris Beja © Edouard Burgeat À quel point l'espace public ou commun est-il de nos jours encore véritablement public ? À qui appartient-il, qui l'administre et à quels intérêts personnels est-il est subordonné ? Ces questions relatives à l’espace public, ainsi que celles concernant l'espace auquel l'art appartient, ont fréquemment été discutées dans le contexte slovène depuis les années 1990.  Le thème de l'art en dehors des espaces d'exposition traditionnels a fait l’objet de bon nombre d’expositions et de symposiums questionnant le rôle de l'accessibilité des actions (non-)artistiques ainsi que le rôle des mémoriaux dans l'espace public. Au début, le quatuor d'artistes-commissaire s’est montré critique envers les mots-clés du projet FREIRAUM. Les notions de liberté, de justice et d’ouverture sont historiquement trop chargées et peuvent avoir de nombreuses significations, ce qui complique leur définition et leur catégorisation. Cela augmente par ailleurs le risque de simplifications dangereuses, surtout dans un contexte sociopolitique : comme nous  pouvons l’observer avec les mouvements de droitisation en Europe, de nouveaux mouvements idéologiques s’emparent souvent des grandes notions de « liberté », de « justice » et d’« ouverture ». C'est en ayant ce dévoiement à l’esprit que les artistes ont choisi pour leurs installations artistiques deux symboles de l’isolement physique et mental, représentant les frontières étatiques et sociales créées par l’Homme : un mur et un mirador.

Avec les installations temporaires de Boris Beja et Edouard Burgeat, le tandem de FREIRAUM formé par les Instituts Goethe de Ljubljana et de Paris veut inciter les visiteurs du parc Tivoli à Ljubljana à réfléchir - même si ce n'est que de façon fugace - sur l'inclusion ou l'exclusion de l'espace public de la ville de Ljubljana.