Ilija Trojanow
August Macke

« […] er hat, das habe ich vergessen zu erwähnen […] auch etwas auf seiner Stirn tätowiert, schwer zu enträtseln, weil kalligrafisch angelegt, etwas Stilisiertes, Sie verstehen schon, eine Mischung aus Herz und Auge und Stern, was weiß ich, aber ich muss es anstarren, vor allem jetzt, mit den Granatapfelspritzern dazwischen, und der alte Macke, der stört sich kein bisschen dran. [...] »

Ilija Trojanow : August Macke - Der Tätowierer der Toten

Ilija Trojanow | August Macke © droits réservés | Wikimedia

Ilija Trojanow

Ilija Trojanow est né à Sofia, en Bulgarie, en 1965. Pour des raisons politiques, sa famille émigre en 1971 en Allemagne puis au Kenya. Dans les pas de Richard Francis Burton, Trojanow visite la Tanzanie, étudie l’islam, fait un pèlerinage en Arabie saoudite et passe un an à Bombay avant d’entreprendre un long périple en Inde. En 1989, il crée les éditions Mariono, spécialisées dans la littérature africaine. Auteur de nombreux livres et guides de voyage, il est l’auteur d’un grand roman sur Burton, Le Collectionneur de mondes (Buchet-Chastel, 2008) qui a connu un immense succès en Allemagne. Il vit actuellement à Vienne et dirige une collection de livres de voyage. Son périple à travers les continents et les différents régimes politiques le rendent particulièrement sensible aux atteintes à la liberté.

(source : Actes Sud)

August Macke

Peintre allemand né à Meschede (Rhénanie du Nord-Westphalie) en 1887, August Macke suit les cours de la Kunstakademie et de la Kunstgewerbeschule de Düsseldorf. Il fait son premier séjour à Paris en été 1907. Il est ensuite l'élève de Lovis Corinth à Berlin où il rencontre Bernard Koehler, collectionneur intéressé par la peinture française et futur mécène du mouvement artistique Der Blaue Reiter. Il fait la connaissance de Franz Marc qui le met en rapport avec Wassily Kandinsky. August Macke entre dans l'équipe du Blaue Reiter, et ses contacts avec des artistes plus âgés précipitent son évolution. Au cours des deux années qui lui restent à vivre, August Macke exploite désormais la leçon analytique du cubisme. En avril 1914, Macke part pour la Tunisie avec Paul Klee et Louis Moilliet. Il rapporte de ce séjour 25 aquarelles. La partie originale de l'œuvre de Macke est une synthèse de différents apports (surtout français) et d'un lyrisme ordonnateur de sensations, de sentiments. Mobilisé en 1914, Macke tombe près de Perthes au front de Champagne la même année, à l’âge de 27 ans. Il repose au cimetière militaire allemand de Souain.

(source : Larousse)