Future Perfect
POC21 : les GéoTrouvetou de l’écologie

  POC21 Zelt und Windturbine
POC21 : tente et turbine à vent | Photo : © Global Magazine

Après trois semaines de travail intensif, des bidouilleurs de l'environnement ont présenté leurs inventions au public les 19 et 20 septembre. Des prototypes écolos et utiles pour la planète témoins de l’émergence d’un nouveau mode de vie. 

C'est l'effervescence ce samedi 19 septembre. De la gare de Garancière-la-Queue part un car où se mêlent des curieux de tous les âges. Direction: le château de Millemont pour assister aux portes ouvertes de la POC21.  Ici, dans un domaine des Yvelines à cinquante kilomètres de Paris, une centaine d’« éco-hackers » ont réfléchi au monde de demain. Durant cinq semaines, du 15 août au 20 septembre,  ingénieurs, financiers, étudiants et autres métiers du monde entier se sont réunis pour proposer douze prototypes innovant respectueux de l'environnement. Le tout rassemblé et présenté sous un dôme blanc au milieu du parc.

Parmi les créations, on découvre un filtre rendant toute eau potable, des panneaux solaires transportables, une douche ne consommant que 10 litres d’eau pour 10 minutes d’utilisation ou encore une cuisine sans frigidaire. « Là, c’est une recette de grand-mère : ils ont installé un filet bleu pour éloigner les mouches des tomates. Vous le saviez que les mouches ne supportaient pas la couleur bleue? » raconte amusé Laurent, l’un des bénévoles de l’évènement. Des inventions, outre leur nouveauté, un peu particulières: chacune d’entre elle s’inscrit sous un statut de « creative commons ». Aucun droit d’auteur pour les créateurs: leurs oeuvres sont libres de droit. Leur but: que chacun puisse se ré-approprier l’oeuvre, la modifier, l’améliorer et partager ses découvertes.

Un nouveau mode de vie : un partage central

Derrière les innovations, c’est une transformation plus globale, plus générale du mode de vie qui s’est révélé. On lit sur les panneaux de l’évènement, et dans les témoignages des inventeurs, le « vivre-ensemble » développé durant cinq semaines. Inès, bénévole de 35 ans, raconte : « Il nous fallait repenser la communication entre toutes les nationalités présentes… et s’adapter au régime alimentaire de chacun. »
Car parmi les trois-cent personnes qui sont passées un moment ou un autre par le château, se mélangent les vegan, les sans-lactose, les no-gluten… À côté de cela, les techniques de communication se sont développées: « faites un C avec votre main si vous avez besoin d’une clarification dans les débats » ou « mettez une couronne de feuille sur sa tête pour indiquer qu’il ne faut pas être dérangé. »
 
Une petite société se développe. S’y côtoient des bénévoles, des organisateurs, des participants aux projets, ceux qui encadrent, des soutiens, des aides à la cuisine... Les tâches ménagères se partagent : chacun doit faire la cuisine, nettoyer les douches, faire les courses, vider les toilettes sèches une fois par jour ou contribuer à une action commune au quotidien. Laurent confie : « Tout le monde ne voulait pas s’occuper des toilettes sèches, mais globalement chacun s’est pris au jeu. »
 
Avec une idée fondamentale : tout le monde peut apporter son aide, sa particularité à l’évènement en agissant. « Il fallait installer des verrous sur les toilettes, on l’a fait nous-même » ajoute Laurent. Une société où tout se partage avec égalité : chacun a sa tente, sa bouteille d’eau en verre, son dentifrice, savon ou shampoing écolo pachaïmama... Au point de faire réaliser à certains participants l’émergence d’un changement de vie. « Moi je travaille dans la finance. J'avais tendance à travailler sur mon invention le week-end dans mon coin. Là j'ai pu pendant plusieurs semaines m'y consacrer, échanger avec des gens qui avaient leurs propres idées» explique Johan, un des créateur d’une serre auto-suffisante. Et de créer une communauté « Au bout de trois semaines, certaines personnes partaient, faisaient des allers retours. Nous étions tous un peu triste, comme si nous perdions un membre de notre famille. »

Offrir de l’espoir aux gens

Des innovations qui donnent espoir. La bénévole Inès se confie : « On ne peut pas rester ici à attendre sans rien faire. Grâce à POC21, on peut résoudre des problèmes en tant que citoyens. J’étais venu chercher de l’espoir, je l’ai trouvé »
 
Une initiative partagée par Camille, 26 ans venue découvrir les inventions ce samedi 19 septembre.
«  POC21 vient d'en bas alors que la COP21 part du haut : ça te motive à produire des choses, les deux sont indissociables. » Au point d'en inspirer certains : Youmes, 48 ans, professeur de technologies sort de l'évènement avec un grand sourire « Le plus touchant c'est le filtre. C'est du vécu, ça pourrait guérir le problème du choléra et des eaux sales. J'ai repéré la serre qui s'auto-gère. J'aimerais pouvoir la mettre en place avec mes élèves pour leur apprendre à penser et réfléchir. » Avant de regretter... « J'aurais aimé avoir vingt ans de moins, et participer à des projets pareils. » 

Le même phénomène est désigné : le décrochage du politique, « particulièrement avancé ici », selon Sophie Camard. En campagne conjointe avec le Front de gauche, Mohamed raconte l’abandon de ces quartiers dans lesquels il a grandi : « Avant, ces territoires étaient politisés, il y avait des lieux de débat et d’apprentissage, des structures associatives, des partis politiques, des syndicats… Aujourd’hui, il n’y a plus que la crise, et aucun relais pour l’expliquer. Ces lieux ont été complètement délaissés par le politique. » Est-ce alors décalé de parler ici d’environnement ? « Au contraire, il faut échanger et expliquer. Sinon, comment s’étonner que les gens s’en foutent ? ».

Miad retient de la soirée l’exercice de simulation : « Quand on voit les chiffres des gaz à effet de schiste (sic) et tous ces trucs, on se rend compte que c’est important. » Reste un problème de taille pour celui qui s’est inscrit sur les listes électorales sans y croire : « Moi, ce qui m’embête, c’est que je ne vois pas bien ce qu’on peut y faire. C’est un truc de politique, et la politique, ça n’intéresse personne. »
 

Top