Les Recommandations de Nuremberg
Lieux d’apprentissage

L’apprentissage précoce a lieu dans les jardins d’enfants, les écoles et autres lieux de formation. Pour satisfaire les conditions d’une offre pédagogique de qualité, cet apprentissage ne devrait avoir lieu que dans des salles dont la taille et l’équipement garantissent aux enfants un environnement sûr, où les processus d’apprentissage peuvent être conçus spécialement pour eux et où leur santé est parfaitement garantie.

En réduisant autant que possible le nombre d’enfants au sein d’un groupe d’apprentissage et grâce à une organisation spatiale adaptée, on s’assure que chaque enfant aura suffisamment d’occasions de parler et que ses besoins pourront être pris en charge. La stabilité du climat d’apprentissage, dans une salle de classe si possible toujours disponible, encourage la continuité de l’apprentissage.

Au sein d’une institution, du temps devrait être prévu pour que tous les enseignants concernés puissent s’entendre clairement sur les modalités d’encadrement, les objectifs d’apprentissage, les méthodes et les contenus, en particulier quand l’offre linguistique est proposée par un enseignant supplémentaire.
   

Recommandations :

Autant que possible, les salles où les enfants apprennent devraient être utilisées de façon continue, pour que les enfants se sentent en sécurité et puissent parfaitement s’épanouir. 

Les enseignants des différents niveaux d’apprentissage devraient faire circuler les informations entre eux. On recommande de procéder comme suit :

  • échanger sur les programmes scolaires, les directives, les objectifs, les contenus et les thèmes
  • tenir à jour les cahiers des apprenants, d’un lieu d’apprentissage à un autre
  • organiser des réunions de coordination
  • réaliser des visites réciproques dans les différents lieux d’enseignement et mettre en place des séminaires communs de formation continue. 

Le passage du jardin d’enfants ou de l’école maternelle à l´école élémentaire est souvent problématique pour la continuité de l’apprentissage précoce d’une langue étrangère. [1].

Un accord interinstitutionnel sur les offres pédagogiques de langues étrangères dans les programmes scolaires est un instrument important de continuité dans les processus d’apprentissage des différents organismes. Les enseignants des écoles élémentaires doivent s’informer soigneusement auprès de leurs collègues sur les contenus d’apprentissage antérieurs et sur les étapes de travail concrètes, pour pouvoir s’appuyer sur les connaissances déjà existantes et éviter les redites. Pareillement, les enseignants des organismes éducatifs précédents doivent préparer les enfants au passage dans le niveau supérieur.

A cette fin, il conviendrait d’établir des directives dans les programmes scolaires qui indiquent une progression claire et une continuité dans l’apprentissage précoce.

Recommandations :
  • Les programmes scolaires (début de l’apprentissage, choix, étendue et ordre des langues, type de diplôme de fin d’étude visé) devraient être coordonnés précisément entre eux. Pour un bon déroulement de la formation en matière d’apprentissage précoce des langues étrangères, il est nécessaire que l’approche théorique soit commune.
  • Une formation universitaire au moins partiellement commune des enseignants, telle que certains pays essaient de la mettre en place, pourrait contribuer à un système de formation cohérent.
  • Les institutions devraient travailler entre elles pour anticiper les passages d’un niveau à l’autre, pour garantir la continuité du processus d’apprentissage.
  • Le matériel et les manuels scolaires devraient être conçus pour faciliter la transition entre les différents niveaux.


Sources
[1] Voir aussi BIG (2009)
[2] Voir Wassilios Fthenakis (01/2010)
[3] Voir ibid.

Informations complémentaires