69e édition de la Berlinale
Adieux, controverses et quelques films remarquables

Cérémonie de remise des prix 2019 : Dieter Kosslick, directeur du festival, en compagnie des lauréats et des membres du jury
Cérémonie de remise des prix 2019 : Dieter Kosslick, directeur du festival, en compagnie des lauréats et des membres du jury | Photo (détail) : © Alexander Janetzko/Berlinale 2019

​La dernière Berlinale organisée sous la direction de Dieter Kosslick s’est achevée cette année à l’issue d’une compétition conçue méticuleusement et de débats passionnés.

De Ula Brunner

Dieter Kosslick n’a pu finalement retenir quelques larmes quand les invités à la cérémonie de clôture ont applaudi pendant plusieurs minutes le directeur du festival sur le départ. Celui-ci aurait sans doute espéré à cette occasion une compétition 2019 un peu plus glamour. On a certes pu y voir des stars internationales comme Christian Bale, Diane Kruger ou Catherine Deneuve, mais seulement dans des films hors compétition. À part cela, on a assisté à un festival tout à fait fidèle au « style Kosslick » de ces 18 dernières années, avec une participation massive d’environ 400 films, des mises en scène du maître des lieux autour de sa personne et de violentes controverses.​

Le jury a pris de sages décisions

En tout, 16 films présentant une remarquable variété de contenus et de choix esthétiques ont concouru lors de cette 69è édition de la Berlinale : du drame romantique lesbien au film d’horreur en passant par des études de portrait et une saga familiale. Au plan qualitatif, c’était, tout le monde est d’accord pour le dire, un millésime plutôt moyen pour lequel le jury présidé par Juliette Binoche a donné les bons signaux en prenant des décisions intelligentes
L’Ours d’Or du meilleur film, Synonymes, de Nadav Lapid – le réalisateur Nadav Lapid et le producteur Saïd Ben Saïd
L’Ours d’Or du meilleur film, Synonymes, de Nadav Lapid – le réalisateur Nadav Lapid et le producteur Saïd Ben Saïd | Photo (détail): © Richard Hübner/Berlinale 2019
Navad Lapid a pu remporter chez lui le plus prestigieux des Ours d’Or pour son film Synonymes. Cette coproduction franco-israélienne raconte avec beaucoup d’énergie la tentative radicale du jeune Israélien Yoav de faire table rase de son passé à Paris. L’histoire tourne autour du déracinement et de la recherche de sens et soulève les questions essentielles pour la définition de l’identité dans un monde déterminé par le phénomène migratoire et la transformation.​​

Deux Ours pour des films allemands hors du commun

Pas moins de deux réalisatrices allemandes ont reçu un Ours d’Argent. Le fulminant premier film de Nora Fingscheidt Systemsprenger sur un enfant traumatisé et agressif a reçu le Prix Alfred Bauer au titre des contributions qui « ouvrent de nouvelles perspectives à l’art cinématographique ». L’Ours d’Argent est allé à Angela Schanelec, l’une des réalisatrices qui représentent ce qu’on appelle « l’École de Berlin », pour le prix de la meilleure réalisation avec son film Ich war zuhause, aber (J’étais chez moi, mais), un film en forme de puzzle sur un jeune de 13 ans qui rentre chez lui après une fugue de quelques jours. Le drame social de Schanelec, artificiel, proposant peu d’action et des extraits de l’œuvre de Shakespeare, ponctué de scènes d’observation animalière, a créé la controverse dans le public : certains spectateurs furent décontenancés par une narration sibylline, d’autres ont été ravis.

De vives discussions à propos d’un film d’horreur
 

C’est toutefois la troisième contribution allemande, Der goldene Handschuh (Le gant d’or) de Fatih Akin, qui a suscité les discussions les plus vives. Akin, qui reçut l’Ours d’Or en 2004 pour son film Gegen die Wand (Contre le mur) fait partie des réalisateurs qui ont réussi grâce à la Berlinale. Der goldene Handschuh, une adaptation du roman éponyme de Heinz Strunk en forme d’étude de milieu social, reprend l’histoire vraie du tristement célèbre auteur de meurtres en série de Hambourg, Fritz Honka. La mise en scène parie systématiquement sur les effets effrayants, sanglants et sordides ; elle était encore dans toutes les conversations plusieurs jours après la première du film. Celui-ci n’a pas été retenu dans le palmarès.

Des Ours d’Argent pour la Chine et un soupçon de censure

Tout le monde a été d’accord sur la merveilleuse contribution chinoise apportée par le film So Long my Son de Wang Xiaoshuai, parti favori dans la course aux Ours. Comme de nombreux réalisateurs participant à la compétition cette année, Wang Xiaoshuai n’est pas un inconnu de la Berlinale. En 2001 déjà, il avait reçu un Ours d’Argent avec son film Beijing Bicycle. Le drame qu’il présente aujourd’hui sur un couple qui perd son fils unique dans un accident aborde les conséquences de la politique familiale chinoise sur une période de plus de trois décennies.
L’Ours d’Argent pour la meilleure interprète féminine : Yong Mei pour son rôle dans So Long, My Son de Wang Xiaoshuai
L’Ours d’Argent pour la meilleure interprète féminine : Yong Mei pour son rôle dans So Long, My Son de Wang Xiaoshuai | Foto (détail): © Richard Hübner/Berlinale 2019
Pour leur jeu sensible, Wang Jingchun et sa collègue Yong Mei ont été récompensés avec les Ours d’Argent du meilleur interprète masculin et de la meilleure interprète féminine. En mettant ce film chinois a l’honneur, le jury a attiré l’attention sur un autre débat du festival : le film de Zhang Yimou One Second, très attendu dans la compétition, devait-il être retiré du concours, soi-disant à cause de difficultés de production. Mais il semble bien que la censure chinoise ait joué un rôle dans la décision. L’ère de la révolution culturelle évoquée dans le film de Zhang Yimou demeure encore aujourd’hui un sujet délicat en Chine.​

L’avenir du cinéma et de la Berlinale

Le fait que le film espagnol d’Isabel Coixet en compétition, Elisa et Marcela, soit produit par Netflix avait donné lieu en amont du festival à des protestations de la part des exploitants de salles de cinéma. Un film, qui d’emblée n’est pas destiné à être exploité en salles, peut-il concourir dans un grand festival ? Il ne fait pas de doute que les services en streaming n’influenceront pas que l’avenir du cinéma.
Depuis que Dieter Kosslick a repris la direction de la Berlinale en 2001, le secteur du cinéma s’est profondément transformé, et avec lui la portée du festival. Selon Kosslick, « le monde audiovisuel vit un très grand bouleversement ». Au cours de ses 18 années de présidence, il a changé beaucoup de choses : il a soutenu le cinéma allemand, il s’est intéressé aux nouveaux talents et a fait de la Berlinale le festival de cinéma qui attire le public le plus nombreux au niveau international. En mai 2019, Carlo Chatrian et Mariette Rissenbeek prendront sa succession. La réorientation de la Berlinale, face à un univers médiatique en constante mutation, constituera le plus grand défi auquel ils devront se confronter.