The Forgotten Treasure de Thom Ehrhardt
À la recherche de l’art du pays perdu

Der Vergessene Schatz
© con men Filmproduktion

Les nostalgiques de la République démocratique allemande (RDA) sont plus nombreux que certains pourraient le croire, et ne sont pas tous d’origine allemande. On en compte même au Brésil, et pour qui le Berlin-Est des années 1980 représente la fête, l’euphorie, la franche camaraderie et un foisonnement créatif. Oui, vous avez bien lu.

De André Lavoie

Il faut voir la tronche des amis de Chagas Freitas lorsqu’il affiche sa profonde nostalgie pour cette période qu’il qualifie de plus heureuse de sa vie dans le documentaire The Forgotten Treasure, de Tom Ehrhardt (Letztes Jahr im Sommer, 2010). Mais son existence d’attaché culturel du Brésil dans la capitale d’un pays qui n’existe plus ne ressemblait pas à celle des peintres, des sculpteurs et des photographes qu’il fréquentait assidûment. Et dont il collectionnait les œuvres avec une grande frénésie. Mais en 1991, il fut forcé de laisser derrière lui un pays réunifié pour retourner dans un autre dont il ne comprenait plus les codes. Pour tout dire, le caractère réservé des Ossis lui a vite manqué, heurté par la (trop) grande familiarité de ses compatriotes brésiliens – dès le pied posé sur sa terre natale! 

Avec un curieux mélange d’idéalisme et de désespoir

Ce n’était pas la première fois que ce bon vivant à la bouille sympathique – et visiblement confortable sur le plan financier à en juger par sa résidence de Brasilia – déconcertait son entourage. Car qui d’autre que lui pouvait déceler la puissance artistique de créateurs comme Matthias Jackisch, Peter Makolies ou Gerda Lepke (« La reine des peintres », selon Freitas). Chacun d’eux évoluait en vase clos, celui du communisme, et sous la dictature esthétique du réalisme socialiste. Avec un curieux mélange d’idéalisme et de désespoir, dans leurs toiles, leurs installations et leurs performances, ces artistes lançaient de petits et grands pieds de nez à un État qui surveillait leurs faits et gestes, entravait la progression de leur carrière, ou les jetait carrément en prison pour mater leur singularité provocatrice.
 
Ces combats étaient peu connus d’une large partie de la population est-allemande, et totalement ignorés de l’autre côté de la frontière, la République fédérale allemande cherchant à se reconstruire sur les ruines de sa culpabilité historique liée à l’Holocauste, tandis qu’à Berlin-Ouest, comme le voulait l’expression consacrée, « on dansait sur des tombes ». Après la chute du mur en 1989, une fois le calme revenu, certaines réalités se sont cruellement révélées : non seulement les deux Allemagne avaient évolué en parallèle, mais le milieu de l’art également.
  • The Forgotten Treasure © con men Filmproduktion
    The Forgotten Treasure
  • The Forgotten Treasure © con men Filmproduktion
    The Forgotten Treasure
  • The Forgotten Treasure © con men Filmproduktion
    The Forgotten Treasure
  • The Forgotten Treasure © con men Filmproduktion
    The Forgotten Treasure
  • The Forgotten Treasure © con men Filmproduktion
    The Forgotten Treasure

Tom Ehrhardt a trouvé en Chagas Freitas le porte-parole idéal, la métaphore parfaite, pour illustrer le fossé entre ces deux mondes qui essaient tant bien que mal de se rapprocher, soulignant au passage l’originalité du personnage avec sa collection de 1500 œuvres, toutes signées d’artistes d’origine est-allemande. Ce qui lui vaut déjà une place toute particulière dans le grand récit de l’histoire de l’art européen, et latino-américain.

les scènes de retrouvailles s’enfilent

Car The Forgotten Treasure esquisse non seulement le portrait d’un collectionneur excentrique, lui dont on sait somme peu de choses sur sa vie personnelle et ce qu’il est devenu après sa parenthèse berlinoise, mais qui ne s’entoure d’aucun mystère sur sa mission culturelle. Celui dont le mantra est tout simple (« Je ne collectionne pas de l’art, je collectionne des amis. ») apparaît pourtant comme un véritable Don Quichotte en voulant faire connaître, et apprécier, des œuvres et des démarches depuis longtemps restées dans l’ombre.
 
Pour cela, ses protégés lui vouent un culte, et les scènes de retrouvailles s’enfilent, moins décadentes qu’au temps de leurs années folles dans des appartements trop petits et des studios de fortune. Gabriele Stötzer  ne se fait d’ailleurs par prier pour brandir les photos prises par la STASI qui surveillait sa galerie improvisée où les corridors étroits servaient à exposer le travail « dégénéré » de ces compagnons d’armes. Cette femme exceptionnelle au parcours erratique, entre séjour en prison et dépression nerveuse, mériterait à elle seule un documentaire, car sous le regard de Tom Ehrhardt, elle a des allures de figure hors norme digne d’un film de Fassbinder.
 
Aujourd’hui, ces lieux déglingués passés sous le rouleau compresseur de la réunification, et de l’embourgeoisement — la « galerie corridor » de Stötzer est maintenant une succursale de la Deutsche Postbank… — témoignent d’un monde qui n’existe plus, et d’une grande utopie qui s’est évanouie avec lui. Car les créateurs de la RDA n’étaient pour ainsi dire jamais sur l’écran radar des grands manitous du marché international de l’art, et si les artistes les plus dissidents du régime ont connu leur heure de gloire au début des années 1990, ils ont à peu près tous sombré dans l’indifférence. Et pour une raison très simple : le caractère implacable de la compétition entre artistes, les jeux de coulisses, et la capacité de faire son autopromotion étaient pour eux des notions totalement inconnues.
 
Et si les nombreux amis de Chagas Freitas regrettent une chose de la défunte RDA, c’est bien ce climat désinvolte et cette insouciance face à une chimérique reconnaissance artistique, avec en prime le succès financier. Car dans leur pays, un « marché de l’art » relevait de l’hérésie capitaliste. Mais le plus germanique des Brésiliens veut ramener au bercail toutes ses œuvres acquises au fil des décennies, méfiant de son propre gouvernement dans la sauvegarde de ce patrimoine culturel, et lui donner non seulement une valeur artistique, mais commerciale. Au milieu du Barberini Museum à Podstdam pour une grande exposition célébrant l’art de la RDA en 2017, le collectionneur y déambule avec le sourire du conquérant. Et sa gloire pourrait bien rejaillir sur ses amis, eux aussi nostalgiques du pays perdu.
 

The Forgotten Treasure

Direction : Tom Ehrhardt
Documentaire
Allemagne, Brésil | 2019 | 78 min. 
Version originale avec sous-titres anglais. 

Le film sera à disposition en ligne du 1 au 10 octobre 2021 via www.arts.film, gratuitement et partout au Canada. Pour en savoir davantage.

DISCUSSION LE 3 OCTOBRE 2021

Discussion avec le réalisateur Tom Ehrhardt et la théoricienne des médias Katharina Niemeyer (UQAM) en ligne, diffusé en direct via Facebook Live le 3 octobre 2021. Pour en savoir davantage.