Rich Kids of Literature
Provocation et esthétique performative

Ils veulent sauver la littérature par le biais de l’esthétique et la provocation : les Rich Kids of Literature en manteau de fourrure et blouson bombardier (avec l’emblème du groupe) autour d’une table de baby-foot.
Ils veulent sauver la littérature par le biais de l’esthétique et la provocation : les Rich Kids of Literature en manteau de fourrure et blouson bombardier (avec l’emblème du groupe) autour d’une table de baby-foot. | Photo (détail): © William Minke / Rich Kids of Literature

Sauver la littérature contemporaine, voilà ce que s'est proposé de faire le collectif berlinois « Rich Kids of Literature ». Depuis 2016, ce groupe hétéroclite d’écrivain.e.s, d’auteur.e.s et d’étudiant.e.s fait la pluie et le beau temps dans le milieu littéraire allemand - avec un spectacle littéraire, une maison d'édition indépendante et beaucoup d'attention dans les médias sociaux.

De Simon Sahner

La plupart des écrivain.e.s en Allemagne ne sont pas riches ; ils vivent souvent même dans des conditions précaires. Aussi, lorsqu’un groupe de jeunes appelé les « Rich Kids of Literature » a commencé à faire parler de lui dans le monde littéraire il y a environ cinq ans, ce phénomène a été vécu comme une véritable provocation. Avec une volonté et une énergie créatrice similaires à celles de leurs quasi-homonymes - les « Rich Kids of Internet » - ils ont posé et posté sur Instagram non pas des photos de voitures de luxe et de yachts, mais plutôt des images de livres stratégiquement mis en scène et d'objets associés vaguement à la littérature.

Se mettre en scène dans la bohème urbaine

Une chose en particulier caractérisait à l’époque ce groupe informel, dont les représentant.e.s les plus connu.e.s sont les éditeur.rices et rédacteur.rices Katharina Holzmann, Sascha Ehlert et David Rabolt, ainsi que les écrivain.e.s Charlotte Krafft et Leonhard Hieronymi : on les voyait. En effet, le collectif se mettait en scène dans la bohème urbaine par le biais de son compte Instagram et la création de polos et blousons bombardiers avec l’emblème du groupe. Il en a résulté une première impression assez vague d'un groupe littéraire dont la présence dans les médias sociaux visait à provoquer et attirer l’attention, et qui se distinguait par une esthétique hédoniste. Au départ, la littérature servait uniquement de cadre d’action.

Ce n'est qu'au deuxième coup d'œil que l'on se rend compte que le groupe ne faisait pas que présenter de la littérature, il en faisait aussi. Ehlert et Holzmann dirigent le magazine Das Wetter depuis 2013, et ils ont fondé avec Rabolt la maison d'édition Korbinian en 2015. Les RKOL organisent également une série de lectures sur les scènes de Berlin. Les romans et récits des membres du groupe se font maintenant remarquer au-delà de leur propre milieu. Mentionnons ici In zwangloser Gesellschaft (2020) de Leonhard Hieronymi, Die Palmen am Strand von Acapulco, sie nicken (2020) de Charlotte Krafft, et dans un rayon élargi, Flexen in Miami (2019) de Joshua Groß.
Des publications de la maison d’édition Korbinian-Verlag, comme Die Palmen am Strand von Acapulco, sie nicken, se font maintenant remarquer au-delà du milieu littéraire. Des publications de la maison d’édition Korbinian-Verlag, comme « Die Palmen am Strand von Acapulco, sie nicken », se font maintenant remarquer au-delà du milieu littéraire. | Photo : © Capture d’écran du site web de la maison d’édition Korbinian-Verlag (2.6.2021)

Manifeste de l’ultra-romantisme

Se créer une identité en tant que groupe et générer de l'attention par le biais d'une esthétique performative, voilà la méthode à laquelle l'avant-garde historique avait eu recours pour se démarquer dans un domaine aussi complexe que celui de la littérature. Aussi, la première réaction des critiques littéraires fut d’établir un lien avec les mouvements d'avant-garde du début du 20e siècle. On avait l'impression d’assister à l’émergence d'un nouveau courant littéraire proposant « plus d'action, d'audace, de plaisir et de poésie » (Süddeutsche Zeitung) pour s'opposer à une « interdiction officieuse de s’extasier » imposée par la littérature allemande contemporaine.

Cette perception se voulait un mouvement dans l'esprit des avant-gardes historiques, comme le démontre clairement le Ultraromantische Manifest (2017) de Hieronymi (2017). Bien qu’il ne soit pas officiellement le document fondateur des RKOL, il est positionné et perçu comme tel. Par le biais de l’ultra-romantisme, l'auteur vise à établir un « nouveau mouvement littéraire qui sauvera la littérature contemporaine d’expression allemande ». Le manifeste expose un programme littéraire en 20 points, dont le cœur s'avère être une combinaison esthétique de science-fiction et de romantisme : « L’ultra-romantisme est la variante romantique du cyberpunk », est-il écrit. Les auteur.e.s ultra-romantiques sont des « touristes qui photographient en même temps les vieux châteaux et les Starfighter ».

Le fait que tout cela suive une intuition esthétique approximative, qui se nourrit de motifs du romantisme, de la littérature dystopique et des films qui lui sont associés, plutôt que de formuler une poétologie concrète, est apparemment tout à fait intentionnel. Aux critiques selon lesquelles ce manifeste riche en références jongle principalement avec des termes prestigieux issus de traditions et de théories littéraires, le groupe a répondu sur Instagram en confirmant de façon délibérée - et peut-être ironique - ce qui lui est reproché : son horizon culturel ne s'étend tout simplement pas plus loin.

Conséquemment, les motifs invoqués apparaissent de manière assez vague dans les textes littéraires. Dans Flexen in Miami, Joshua Groß crée une dystopie qui oscille entre réalité analogue et virtuelle, créant un environnement lugubre et oppressant dans le paysage marécageux de la Floride. Dans In zwangloser Gesellschaft, l'alter ego de Hieronymi voyage à travers une Europe imprégnée d'obscures anecdotes du 20e, et les mondes fictifs évoqués par Charlotte Krafft dans Die Palmen am Strand von Acapulco, sie nicken, naissent d’images archaïques, féeriques et dystopiques.

La provocation a fait son travail

Tous les yeux sont maintenant tournés vers la maison d'édition Korbinian. On y publie de plus en plus de livres qui retiennent l'attention des critiques littéraires de médias établis, comme l’ouvrage de Charlotte Krafft, et particulièrement le roman Taxi (2019) de Cemile Sahin. Et les autres auteur.e.s mentionné.e.s précédemment se sont taillé une place dans le monde littéraire avec des publications dans des maisons d'édition traditionnelles. Leur nom apparaît aux côtés d’écrivain.e.s respectés et couronné.e.s de succès tels que Leif Randt (Allegro Pastell, 2020) et Jakob Nolte (Kurzes Buch über Tobias, 2021).

On entend peu parler des « Rich Kids of Literature » en tant que groupe depuis un certain temps. Le compte Instagram indique qu’ils ont existé de « 2016 à 2020 » et rien n’y a été publié depuis septembre 2020. Il semble que la provocation et l'esthétique performative aient fait leur travail. Les « Rich Kids » sont manifestement arrivés dans le monde littéraire.