Cinéma Ökozid, Andres Veiel

Ökozid, Andres Veiel © Julia Terjung

Sa, 28.05.2022

15:30

Cinéma Star

Week-end du cinéma européen

Dans le cadre du week-end du cinéma européen et du 60e anniversaire du jumelage entre Strasbourg et Stuttgart, le Goethe-Institut s’associe à la Ville et l’Eurométrople de Strasbourg pour vous présenter le film Ökozid de Andres Veiel (1959, Stuttgart), célèbre pour ses films documentaires (Blackbox BRD, Die Spielwütigen). Cette fois, le réalisateur change de genre en évoluant avec brio entre passé, présent et futur, entre docudrame et docufiction.

Scénario :
Un drame judiciaire autour de la catastrophe climatique, qui se joue sur un ton aussi feutré que spectaculaire. En 2034, 31 États portent plainte contre la République fédérale d’Allemagne afin de réclamer des dommages et intérêts pour les conséquences du changement climatique.
Deux avocates (Nina Kunzendorf et Friederike Becht) défendent la demande de dommages et intérêts de 31 pays du Sud contre la République fédérale d’Allemagne. Il y est question de la responsabilité économique et écologique des pays développés, ainsi que du droit à l’intégrité de la Nature. Pour dire les choses clairement, il s’agit de savoir si la communauté internationale est dans l’obligation de garantir les conditions d’existence d’une partie de ses membres et, si oui, par quels moyens.
Les États plaignants défendent le fait que la République fédérale d’Allemagne a non seulement enfreint le droit international en s’exonérant de la lutte contre l’augmentation des concentrations atmosphériques en CO2, mais qu’elle a par ailleurs vidé de leur substance et bloqué toutes les dispositions européennes en matière de protection du climat. C’est ainsi que l’Allemagne se retrouve sur le banc des accusés pour la période courant de 1990 à 2020, incarnée par Angela Merkel, âgée désormais de 80 ans (Martina Eitner-Acheampong). Petit détail, le coaccusé Gerhard Schröder s’est fait excuser parce qu’il fait une cure en Russie, ce qui laisse présager de l’humour, de la froide rationalité et de la richesse de détails de ce docufiction scientifique…

Critique : « Veiel ne met pas en scène le tribunal du Mal contre le Bien, mais un combat rhétorique entre, d’une part, le robuste pragmatisme de l’État allemand mû par les intérêts du pays et, d’autre part, la morale mondiale. Plus de plans moyens, moins de plans rapprochés. Ökozid ne veut pas suggérer, mais lancer le débat. » Die Tageszeitung, 18 novembre 2020


En coopération avec la Ville et l’Eurométropole de Strasbourg (Département cinéma et audiovisuel, Direction des relations européennes et internationales, Mission Climat)

Retour