L'eau est la vie3 min Gratte-ciels dans le désert: comment les EAU tentent de braver la rareté de l’eau

Vue aérienne des gratte-ciel de Dubaï. © Pixabay

Les EAU sont un pays construit dans un environnement hostile de chaleur étouffante et de désert d'eau rare. Pour apaiser la soif de sa population, l'État du Golfe a jusqu'à présent misé sur le dessalement de l'eau de mer. Cependant, face au changement climatique et à la croissance démographique rapide, il le sait, il ne peut pas s'en tirer pour toujours et explore des solutions plus durables.

Alors que les gratte-ciels brillent dans le désert, irradiant la richesse du pays, les Émirats arabes unis (EAU) sont confrontés au grave défi de la rareté de l’eau. En effet, ils ne peuvent pas se vanter d'une richesse en eau, leurs villes sont solidement établies mais dans une région qui n'a ni rivières ni eau douce. Le climat désertique domine cette région, les précipitations sont très faibles avec moins de 100 mm par an ou 120 mm possibles dans le nord des Émirats. Le pays dépend actuellement du dessalement de l'eau de mer pour la plupart de ses besoins, y compris la production d'eau potable.

Les EAU sont le deuxième marché mondial de la technologie de dessalement. À elle seule, la capitale des Émirats arabes unis, Abu Dhabi, possède neuf usines de dessalement «d’une capacité de production totale d’environ 960 million de gallons impériaux par jour». Pour les cas d'urgence, la ville a créé le projet Aquifer Storage and Recovery, où l'eau potable est stockée dans le désert et peut tenir trois jours.

Ses ressources en eau limitées et ses politiques visant à rendre le désert vert ont mis les EAU sous les projecteurs pour la création de solutions garantissant l'approvisionnement en eau de sa population croissante. Pendant ce temps, en 2019, le Water Resources Institute (WRI) a classé les EAU au 10e rang sur 164 pays dans le monde où l'approvisionnement en eau est le plus sollicité.

En moyenne, les EAU ont l'un des taux de consommation d'eau par habitant les plus élevés au monde, 550 litres d'eau par jour, alors que certains disent qu'il pourrait atteindre environ 600 litres. En comparaison, la moyenne internationale se situe entre 170 et 300 litres par jour. Cette forte consommation ne résulte pas seulement du besoin accru en eau potable dans un climat chaud, mais aussi des activités intensives de jardinage, d'aménagement paysager et d'agriculture.

Certains Emirats ont réussi à réduire leur consommation, comme Sharjah, où l'utilisation de l'eau était rationnée. Dubaï a introduit des tarifs forfaitaires sur la consommation d'eau, ce qui signifie que le prix de l'eau augmente avec le taux de consommation.

Alternatives au dessalement

Le processus de salinisation augmente la salinité de la mer et constitue une grande menace environnementale. Les efforts pour trouver des alternatives sont donc une priorité pour les EAU. Une partie de la solution a été vue dans l'ensemencement des nuages, une technologie qui génère des nuages et les fait pleuvoir. Selon différents initiés, le programme a réussi en augmentant la possibilité de pluie de 30 pour cent - la possibilité, remarquez-vous, pas la quantité globale de pluie en soi.

En 2017, le ministre de l'Énergie a lancé la stratégie 2036 pour la sécurité de l'eau, qui vise à assurer la durabilité de l'approvisionnement en eau principalement en réduisant la demande en eau de 21%. L'un des angles est la reduction de l'eau utilisée dans l'agriculture. Le gouvernement a déjà introduit de nouvelles techniques d'irrigation, telles que l'irrigation au goutte à goutte, qui utilisent jusqu'à 46 pour cent moins d'eau que les méthodes traditionnelles.

Plus récemment, des investissements ont également été opérés dans des «fermes intelligentes», où les aliments peuvent être cultivés dans des environnements fermés et étroitement contrôlés qui permettent le recyclage de l'eau. Une entreprise bien connue dans ce domaine est Badia Farms, un leader régional AgTech. Leur technologie hydroponique et leur capacité à recycler l'eau contribuent considérablement à assurer la durabilité agricole et la diversité alimentaire. En raison de leur énorme expansion, Badia Farms déménage sa «ferme verticale» de haute technologie à Dubaï Industrial City au deuxième trimestre de 2020. Cette énorme ferme a le potentiel d'économiser jusqu'à 90 pour cent de l'eau utilisée dans l'agriculture, réduisant ainsi l’équivalent de ce qui est réellement consommé par les plantes.

Le PDG de Badia Farms, Omar Al Jundi, estime que l'avenir de la sécurité hydrique réside dans ce type d'agriculture et de nombreux experts sont d'accord avec lui. Sajid Maqsood, professeur agrégé au College of Food and Agriculture de l'Université des Émirats arabes unis, a déclaré dans une précédente interview que «l’agriculture urbaine et verticale doit être une partie importante de la stratégie» pour cultiver avec moins de ressources. Cependant, le succès de l'agriculture de haute technologie dans le pays dépend également de l'état de préparation et de la capacité des agriculteurs à intégrer ces technologies. Il pourrait y avoir encore un long chemin de sensibilisation et de formation devant les Émirats arabes unis avant qu'un véritable changement ne puisse se produire.

Le Dr Khalil Ammar, qui dirige la Section de la gestion des ressources naturelles au Centre international pour l'agriculture biosaline (ICBA), rapporte qu'ils avaient commencé à encourager 120 fermes à Abu Dhabi et dans d'autres régions à utiliser les eaux usées traitées pour les plantations. De cette façon, les agriculteurs ont pu réduire considérablement la pression sur l'eau douce.

La vie menacée

La rareté de l’eau ne menace pas seulement les activités quotidiennes ou la sécurité alimentaire, mais aussi la perspective même de la vie aux EAU. Le plus grand pourcentage de la population étant composé d'expatriés, on ne peut qu'imaginer à quel point des millions de familles ailleurs, qui sont soutenues par leurs proches aux EAU, pourraient être affectées.

Masdar City, un écosystème d'entrepreneurs et un projet d'innovation phare des EAU, a proposé différentes solutions, dont ils font la démonstration dans leur vitrine de l'agriculture domestique intelligente appelée «Bustani». Ces solutions envisagent une plus grande autosuffisance des résidents des EAU pour répondre à leurs besoins alimentaires quotidiens et la réduction des importations. Ce travail était une collaboration avec les spécialistes de technologie Agricole de Madar Farms.

Le Renewable Energy Desalination Programme de Masdar mène actuellement différentes études, également sur une technique appelée osmose inverse à énergie solaire, où des membranes spécifiques sont utilisées pour éliminer même les particules chimiques et biologiques dissoutes de l'eau de mer pour créer de l'eau potable.

Pendant un certain temps, la possibilité de transporter de la glace de l'Antarctique à Dubaï a été discutée pour résoudre le problème de l'eau du pays, mais a rapidement été rejetée comme irréaliste. Des solutions telles que l'ensemencement des nuages et l'agriculture durable semblent plus réalisables en comparaison.

Les experts sur le terrain ont déclaré que la meilleure façon de faire face à la situation était de rationner l'eau et de se concentrer sur des solutions dans le domaine de l'agriculture. De plus, ils recommandent l'utilisation de l'énergie éolienne et solaire dans le processus de dessalement pour réduire les coûts énergétiques et l'intégration de ces énergies alternatives dans les pratiques agricoles.

Trouver de meilleures solutions pour la rareté de l'eau reste une priorité absolue pour les EAU. Étant tune question de vie ou de mort, on peut affirmer avec certitude que ce défi est le plus décisif pour l’avenir de l’État du Golfe.

à découvrir

Failed to retrieve recommended articles. Please try again.