Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Sans-abrisme
Des logements temporaires

Des mini-maisons équipés des éléments de base offrent une protection contre les intempéries et une certaine intimité.
Des mini-maisons équipés des éléments de base offrent une protection contre les intempéries et une certaine intimité. | Photo (détail): © Little Home

Avantages et limites des mini-maisons construites en Allemagne pour offrir un toit aux sans-abri.

De Petra Schönhöfer

Quiconque a déjà vécu un festival sous tente, les pieds dans l'eau, appréciera à sa juste valeur le service que propose la start-up berlinoise My Molo : de petites maisons mobiles possédant tout l'équipement nécessaire pour permettre aux joyeux festivaliers de se protéger des intempéries, tout en profitant d'un peu d'intimité. Mais que faire de ces installations à la fin de la saison ? En 2016, Nico Marotz et Fritz Ramisch se sont dit qu'ils allaient collaborer avec Kältehilfe Berlin (dispositif d'accueil hivernal) et l'aumônier des sans-abri Wolfgang Willsch afin de mettre leurs « lodges », comme ils les appellent, à la disposition des plus démunis durant l'hiver.
En été, ils sont installés sur les pelouses des festivals, en hiver, ils hébergent des sans-abri : Les "lodges" de My Molo sont mis à disposition des sans-abri pour l'hiver, en collaboration avec l'association Kältehilfe Berlin. En été, ils sont installés sur les pelouses des festivals, en hiver, ils hébergent des sans-abri : Les "lodges" de My Molo sont mis à disposition des sans-abri pour l'hiver, en collaboration avec l'association Kältehilfe Berlin. | Photo (détail): © My Molo Selon les estimations du Bundesarbeitsgemeinschaft Wohnungslosenhilfe (Groupe de travail fédéral sur l'aide aux sans-abri), l'Allemagne compte quelque 52 000 personnes sans domicile fixe. Cette situation est particulièrement dangereuse en hiver, le froid pouvant s'avérer fatal. Rien qu'à Berlin, au moins 20 sans-abri sont morts d'hypothermie au cours de l'hiver 2020-2021. Pour l'hiver 2021-2022, My Molo a donc fourni onze logements à Berlin : trois sur des terrains gérés par Caritas, et huit non loin de l'église Saint-Pie, dans le quartier de Berlin-Friedrichshain. Chaque lodge s’étend sur 7,5 mètres carrés et contient un lit, une armoire et un radiateur. Le montage, le démontage, le transport, la logistique, l'entretien, l'assurance, l'électricité et les charges reviennent à 220 euros par mois. Ce projet est entièrement financé par des dons. « Notre concept de logement encourage […] l'estime de soi, le sens des responsabilités et, idéalement, une réelle perspective d'avenir en termes de réinsertion dans la société » expliquent ses initiateurs.

Mini-maison, maxi-demande

L'idée de proposer des mini-maisons aux sans-abri en Allemagne n'est toutefois pas neuve. Tout commence en 2016, quand Sven Lüdecke lance Little Home à Cologne. C'est après sa rencontre avec une personne sans domicile fixe qu'il décide de construire une maisonnette. Sa démarche trouve rapidement un écho et aujourd'hui, son association fabrique des tiny houses presque à la chaîne.

D'une superficie de 3,2 mètres carrés, elles se composent de panneaux en aggloméré, d'un sol en PVC, de polystyrène, d'une porte et de deux fenêtres à soufflet. À l'intérieur, on retrouve un matelas, une étagère, une trousse de premiers secours, un extincteur, des toilettes de camping, un lavabo et un petit plan de travail avec coin cuisine. Cette maisonnette d'une valeur de 1050 euros est mise gratuitement à la disposition des sans-abri. Bien que le projet soit soutenu entre autres par Caritas et par de grandes entreprises, la majorité des dons proviennent de particuliers. Aujourd’hui, Little Home s’est développée et s’exporte dans d'autres villes comme Berlin, Francfort et Hambourg. Des critères stricts sont imposés aux futurs occupants : consommation d'alcool limitée, pas de drogue et une volonté manifeste de quitter la rue. Néanmoins, la demande est immense et plus de 15 000 personnes figurent sur la liste d'attente.
Le Little Home vu de l'intérieur : 3,2 mètres carrés avec un matelas, une étagère, une trousse de premiers secours, un extincteur, des toilettes de camping, un lavabo et un petit plan de travail avec possibilité de cuisiner. Le Little Home vu de l'intérieur : 3,2 mètres carrés avec un matelas, une étagère, une trousse de premiers secours, un extincteur, des toilettes de camping, un lavabo et un petit plan de travail avec possibilité de cuisiner. | Photo (détail): © Little Home

Un rôle censé incomber aux communes

Les critiques vis-à-vis de ces projets sont pourtant nombreuses, notamment parce que les conditions de logement dans les tiny houses sont jugées inhumaines, ou que la sécurité est considérée comme insuffisante car non conforme aux normes imposées par les organismes compétents en matière d'hébergement d'urgence. Le Bundesarbeitsgemeinschaft Wohnungslosenhilfe déplore également, avec ces initiatives privées, une déresponsabilisation des communes. En Allemagne, celles-ci sont légalement tenues de fournir aux sans-abri un logement digne ; elles devraient donc être contraintes de remplir cette mission.

Or Sven Lüdecke sait que le problème se règle rarement du jour au lendemain et pour lui, ses mini-maisons sont des tremplins. « L'expérience acquise par Little Home au cours des premières années ne laisse planer aucun doute : les maisonnettes ont un impact sur les gens ! C’est une première étape, mais une étape essentielle sur le chemin de la réintégration au sein de la société. Une sorte de période d'essai peut-être, un instant de sérénité sur le chemin de la réinsertion ». Et les chiffres viennent confirmer cette thèse : jusqu'à présent, environ 190 mini-maisons ont été construites par Little Home et ont accueilli des occupants dans 21 villes à travers le pays. Sur ces 190 occupants, 133 ont déjà pu emménager dans leur propre habitation et 127 ont même retrouvé du travail.

Plus petit, toujours plus petit

Depuis, il existe encore plus compact : le logement sur roulettes conçu par Wolfgang Goergens ne totalise que deux mètres carrés. Cet entrepreneur s'est d'abord fait un nom dans les pensions de luxe pour chiens avant de se consacrer à sa création, LessHome, à Berlin. Un réchaud à gaz, un réfrigérateur avec batteries haute capacité, une petite télévision, une cafetière, un lave-linge manuel, une douche assise, des toilettes sèches, des armoires... Et à l'extérieur, on trouve même une boîte aux lettres et un compartiment pour recueillir les dons du voisinage. Cette structure minimaliste peut être déplacée comme un chariot. Coût : environ 2000 euros, l'idée étant de financer le projet grâce aux publicités qui recouvrent ses parois externes.
Habitant devant sa mini-maison de Little Home. Habitant devant sa mini-maison de Little Home. | Photo (détail): © Little Home C’est une solution à mi-chemin entre un banc dans un parc et un centre d'hébergement pour sans-abri, explique Jörg Richert, cofondateur et directeur du service social Karuna. À l’instar de Sven Lüdecke, il envisage la mini-maison comme un arrangement provisoire. La réinsertion est un processus éprouvant pour les résidents, qui ont besoin d'être accompagnés par des assistants sociaux spécialisés dans l'aide aux sans-abri. Pour Sven Lüdecke, « l'objectif est de pouvoir un jour renoncer à Little Homes. Nous espérons que notre travail de sensibilisation attirera l'attention des autorités, afin qu’elles s'attaquent au problème du sans-abrisme à l'échelle fédérale et créent plus de logements décents ».