Film Film: 'Beirut, Eye of the Storm' - Mai Masri

‘Beirut, Eye of the Storm' - Mai Masri Mai Masri

Sa, 16.04.2022

20:30 - 22:00

BOZAR

Halaqat - Une exploration culturelle des liens entre l’Europe et le monde arabe

Le Liban et sa capitale Beyrouth fascinent. Dans le cadre du festival de cinéma "L'Heure D'Hiver Beirut" du Cinéma Galeries et du panorama Halaqat sur le cinéma documentaire dans le monde arabe, nous organisons deux soirées de cinéma en avril. 

'Beirut, Eye of the Storm' - Mai Masri (LB, 2021, DCP, 75')
Quatre jeunes femmes artistes de Beyrouth documentent une période turbulente de l'histoire du Liban, du soulèvement d'octobre 2019 contre le régime en place au confinement qui a suivi, puis, quelques mois plus tard, à l'explosion massive du port. Noel et Michelle sont deux sœurs aux multiples talents dont les chansons avant-gardistes ont fait d'elles la voix de leur génération. Hanine, journaliste d'avant-garde dont la profondeur du regard défie son jeune âge, nous fait découvrir une autre facette du Liban que nous voyons rarement. Lujain est une camerawoman irakienne intrépide qui a une vision unique du soulèvement libanais et de ses liens avec le printemps arabe. Les jeunes femmes pourront-elles concrétiser leur rêve d'un nouveau Liban ? 

Mai Masri est une cinéaste palestinienne basée à Beyrouth qui a étudié le cinéma à l'université d'État de San Francisco, aux États-Unis. Son premier long métrage, 3000 Nights (2015), lui a permis d'acquérir une renommée internationale. Elle est également connue pour ses documentaires humanistes et poétiques tels que Children of Fire (1990) et Frontiers of Dreams and Fears (2001). Ses films ont été projetés dans le monde entier et ont remporté plus de 90 prix internationaux. 

En partenariat avec Cinema Galeries et la Chaire Mahmoud Darwish.

Le projet européen Halaqat est mis en œuvre par le Goethe-Institut en collaboration avec Bozar - Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Halaqat est cofinancé par la Commission européenne (sous le titre: EU-LAS CULTURE), le Goethe-Institut et Bozar. 

Retour