Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

La liberté des médias en Hongrie
Nos réalités démasquées – la vie en période de pandémie

Media Freedom Hungary
© Sandra Kastl

Les visages masqués sont devenus le principal symbole d’un monde en pleine pandémie. Dans le contexte actuel, il est intriguant de se rappeler la citation d’Oscar Wilde à propos des masques : « C'est lorsqu’il parle en son nom que l’homme est le moins lui-même. Donnez-lui un masque et il vous dira la vérité. » 

De Ferenc Hammer

Selon l’auteur, c’est justement le masque qui permet de faire toute la lumière sur la personnalité et les intentions de celui qui le porte. C’est aussi le cas dans la situation actuelle, où les canaux de communication entre connaissances, amis et surtout entre personnes ne se connaissant pas sont étroitement surveillés car susceptibles d’être des canaux de contamination – réels ou imaginés. Ces canaux de communication incluent les poignées de main, les embrassades et les nombreux espaces où se rencontrent des inconnus : rues, boutiques, trams ou trottoirs.
 
La pandémie a mis à l’épreuve une série de normes, relations, processus politiques, tous pertinents du point de vue de l’étude de la sphère publique. Le tissu social est en fait une variable matérielle de l’étiologie des affections médicales, c’est-à-dire des théories et pratiques relatives à la nature de la contagion et des idées de lutte contre la maladie, comme Francois Delaporte l’a indiqué succinctement dans Disease and Civilization: The Cholera in Paris, 1832.[1]
 
« J’affirme, pour commencer, que les “maladies” n’existent pas. Il est donc illusoire de penser que l’on peut “développer des croyances” à leur propos ou y “répondre”. Il n’y a pas de maladies, mais des pratiques. »
 
La pandémie a débouché sur des pratiques diverses et variées, à tous les niveaux de la société, des législateurs nationaux aux épiceries de quartier, représentant souvent des degrés d’implication, intérêts, valeurs et pouvoirs extrêmement différents. Les séries de restrictions compréhensibles et de choix peut-être pas toujours compréhensibles en matière d’exercice du pouvoir font office d’épreuves de vérité. Elles révèlent le vrai visage des dirigeants, qui bafouent l’État de droit sous prétexte que la pandémie requiert des mesures spéciales ou, à l’inverse, qui choisissent d’interpréter les lois et les règles existantes de manière sensiblement plus restrictive.
 
Les dirigeants politiques hongrois, et plus précisément le Premier ministre Viktor Orbán, est apparu comme l’un des responsables politiques tirant le plus profit de la pandémie pour accaparer encore davantage le pouvoir, tout en réduisant au silence ses opposants politiques, comme l’a indiqué un reportage de VOA en juin.[2] Dans le New York Times[3], S. Erlanger, a écrit :
 
« Partout dans le monde, les dirigeants autoritaires utilisent la crise du coronavirus pour consolider leur pouvoir. En Europe, c’est particulièrement le cas des gouvernements polonais et hongrois. »
 
Cette consolidation inclut la privation des municipalités dirigées par des partis de l’opposition de leurs sources de revenus ordinaires via un décret central, le lancement de campagnes de diffamation contre des figures de l’opposition par des médias contrôlés par l’État ou encore l’intégration de dispositions contestées à la constitution. En ce qui concerne les médias, l’état d’urgence à durée indéterminée instauré au printemps, impliquant la suspension du Parlement et permettant de gouverner le pays par décrets, prévoyait notamment une disposition spéciale contre les déclarations alarmistes. Celle-ci a été utilisée pour poursuivre plus de 100 individus qui avaient réagi sur Facebook à des décisions politiques locales ou nationales, comme l’a indiqué Euronews[4].
 
Dans le cadre de la gouvernance en période de pandémie, la sphère médicale et celle de la communication se chevauchent. L’affirmation selon laquelle la pandémie doit être considérée comme un problème public commun implique que le pays en question doit disposer d’une sphère publique avec toutes les institutions requises, par exemple, pour un pays situé en Europe occidentale, des journaux représentant des tendances politiques différentes et se livrant à une concurrence féroce, une agence de presse fiable, des programmes d’informations télévisées respectés avec des présentateurs et commentateurs expérimentés, un service public de radio et télévision robuste, etc. En Hongrie, il y a de nombreux manquements dans ce domaine, le gouvernement contrôlant les principaux médias. Le pays manque par exemple de médias grand public réalisant un suivi systématique de l’exercice du pouvoir. Dans un pays où aucun reporter n’a pu poser une question critique au Premier ministre en direct à la télévision depuis dix ans – comme c’est le cas en Hongrie – les chances des journalistes d’aborder un problème public commun sont quasi nulles. Personnellement, en tant que spécialiste des médias, je dois avouer que j’ai perdu mes repères quant à ce qui devrait se trouver au centre de la sphère publique – c’est à dire un travail journalistique équilibré, systématique et professionnel, ainsi que des débats. Ces éléments sont totalement absents en Hongrie et il en résulte une sphère publique en forme de donut, avec un trou au milieu.
 
Malgré ces sombres perspectives, certains journalistes des derniers médias encore indépendants – principalement en ligne – couvrent la pandémie de manière rigoureuse, notamment en s’attaquant de manière sérieuse aux fausses informations qui circulent sur la maladie et la situation médicale. D’autres journalistes, payés par des oligarques proches du gouvernement qui détournent des fonds publics destinés à la lutte contre l’épidémie, lancent des campagnes de diffamation contre ceux qui critiquent le gouvernement. Comme un journaliste radio progouvernemental me l’a un jour déclaré lors d’une conférence : « L’indépendance des médias est dépassée. Mon travail, c’est d’apporter de bonnes nouvelles et de divertir mon public. Le reste est un mythe. » Affectés par les politiques réglementaires et de redistribution des revenus du gouvernement, les derniers médias libres tentent de survivre, en suivant des plans D ou E quand les plans A, B et C ne sont plus possibles. Selon ce principe de camouflage et d’imitation, la chaîne de télévision la plus efficace et relativement indépendante sur le plan éditorial est gérée par un mouvement évangélique, l’analyse systématique la plus importante du travail du gouvernement est menée par une fondation de recherche (et non un parti de l’opposition) et la personnalité publique qui critique le Premier ministre le plus ouvertement n’est pas un responsable politique mais un humoriste.
 
En bref, la situation de la sphère publique critique est caractérisée par une évolution de plus en plus négative, comme en témoigne le rapport national 2019[5] de Freedom House, qui a classé la Hongrie parmi les pays « partiellement libres ». En faisant lourdement pression sur le tissu social, la crise sanitaire a encore plus polarisé et fragmenté des communautés déjà profondément divisées sur le plan politique et culturel, particulièrement lorsque le gouvernement abuse des pouvoirs spéciaux conférés par l’état d'urgence.

Sources
[1] Francois Delaporte: Disease and Civilization: The Cholera in Paris, 1832. Cambridge, MA. The MIT Press. p. 6.
[2] https://www.voanews.com/press-freedom/covid-pandemic-adds-pressure-hungarian-media
[3]https://www.nytimes.com/2020/04/22/world/europe/poland-hungary-coronavirus.html
[4]https://www.euronews.com/2020/05/14/hungary-critics-silenced-in-social-media-arrests-as-eu-debates-orban-s-powers
[5]https://freedomhouse.org/country/hungary/freedom-world/2020