Cinéma / Littérature "Allemagne Année zéro" de Roberto Rossellini / "La mort à Rome" de Wolfgang Koeppen

Couverture du livre © éditions du typhon

Jeu, 23.01.2020

Goethe-Institut Toulouse

4 bis, rue Clémence Isaure
B.P. 11423
31014 Toulouse

Wolfgang Koeppen : La mort à Rome

Réal. Roberto Rosselini, Italie 1948, VO allemande STF

Posant un jalon de la modernité cinématographique, le film Allemagne année zéro sera diffusé pour faire écho à l'œuvre du romancier allemand Wolfgang Koeppen et son roman La mort à Rome, texte qui s'inscrit dans le prolongement du film et partage son inquiétude sur les difficultés de la reconstruction.  Ré-édité aux éditions du Typhon, ce roman puissant sur le conflit entre la génération des nazis impénitents et celle des fils sera présenté par son éditeur Florian Torres, avant la projection du film.

La mort à Rome de Wolfgang Koeppen

Dans les années 50, un jeune compositeur allemand, Siegfried, est en Italie pour assister à la première de sa symphonie. Alors qu’il se pensait libéré des siens, Siegfried aperçoit des membres de sa famille et finit par croiser le plus terrible d’entre eux : son oncle, un ancien haut-dignitaire nazi. La présence de ce persécuteur impénitent qui maudit la démocratie et croit en un IVe Reich, projette sur le présent l’ombre d’un passé qui menace d’engloutir Siegfried. À sa publication en 1954, ce roman polyphonique au style cinématographique, a profondément choqué la société allemande.

Allemagne Année zéro de Roberto Rossellini :

Après la Seconde guerre mondiale, l'Allemagne n'est plus qu'un champ de ruines. C'est là-bas que le cinéaste italien Roberto Rossellini pose son regard dans un Berlin dévasté sur une famille allemande à la dérive, avec un père malade, un frère, criminel de guerre, en fuite et une sœur  qui se perd dans des bars  douteux. Seul Edmund, du haut de ses 12 ans, peut incarner la jeunesse d’une Allemagne prête à repartir de zéro. Seulement la charge est trop lourde et la solitude trop grande chez cet enfant déjà brisé par une époque sans compassion qui n'en a pas fini avec son passé. Lorsqu'il revoit son ancien instituteur nazi, la tentation est grande de se réfugier, de nouveau, dans la haine. 
 
En partenariat avec Les éditions du Typhon, Librairie Ombres blanches

Retour