Littérature Kaspar de pierre

Lettrage sur fond de carreaux ©

Mer, 14.03.2018

Goethe-Institut Lyon

18 rue François Dauphin
69002 Lyon

Laure Gauthier et Séverine Daucourt-Fridrikson

Faut-il faire chanter kaspar ?

« kaspar de pierre » de Laure Gauthier : une relecture de l’histoire de l’enfant sauvage Kaspar Hauser.

Laure Gauthier et Séverine Daucourt-Fridrikson lisent à deux des extraits du récit poétique de Laure Gauthier, paru en novembre 2017 à La Lettre volée (collection poiesis).

L’histoire de Kaspar Hauser, cet enfant sauvage, trouvé devant les portes de la ville de Nuremberg en mai 1828, est devenu un mythe moderne et appelle des réécritures.

Celui qu’on a surnommé « l’enfant de l’Europe » car toute l’Europe s’est passionnée pour son cas, est un enfant « placard ». Il est une langue, menacée, en mouvement. Il n’arrive pas à Nuremberg, mais on le trouve en marche vers cette ville, imaginant l’arrivée dans différentes maisons de tuteurs (maison 1, maison 2, maison 3), on l’entend avant chaque nouvelle déchirure (abandon 1, abandon 2), et on lit des diagnostics que la société pourrait faire de lui (diagnostic 1, diagnostic 2) - kaspar bipolaire ?

Kaspar Hauser est une image de notre société moderne tardive dont il préfigure certains traits : la soif de gros titres, la complaisance envers la maltraitance et l’icônisation de l’individu.

En partenariat avec l’Espace Pandora, la Biennale Lyon Musiques en scène et le Théâtre National Populaire.

Dans le cadre du Magnifique Printemps.

 

Retour