Festival de cinéma Le Forum de la Berlinale à Bruxelles

Berlinale Forum 2019 „Nos Défaites“, Jean-Gabriel Périot

Ma, 10.09.2019 -
Jeu, 12.09.2019

BOZAR

Rue Ravenstein 23
1000 Bruxelles

Avec cinq films du programme 2019

En septembre, le Forum de la Berlinale sera notre invité à Bruxelles avec cinq séances à BOZAR et une exposition du Forum Expanded au Cinéma Galeries.

Dans le cadre du cycle « German Film Festivals on Tour», le Forum de la Berlinale présente cinq films de son programme 2019 à Bruxelles - des films venus d'Autriche, de France, du Lesotho et du Portugal qui vous donneront un aperçu de la section la plus expérimentale et audacieuse du Festival de Berlin. Pour quatre d'entre eux, il s'agira de la première belge. Le Forum a la réputation de présenter les nouvelles tendances du monde cinématographique.


Pour l'ouverture, Jean-Gabriel Périot viendra présenter son documentaire « Nos Défaites » qui propose une réflexion sur la grève, la résistance et la lutte des classes. Il discutera de son film après la séance avec Birgit Kohler qui, en qualité de directrice interim du Forum, est responsable du programme de cette édition 2019.

Les 11 et 12 septembre, des thèmes comme le féminisme, le deuil ou encore l'écologie et l'environnement seront mis à l'honneur dans des films aux formes très diverses allant du film expérimental au documentaire en passant par l'adapation libre de roman. Callisto Mc Nulty, la réalisatrice de  « Delphine et Carole, insoumuses » présentera son film le 11 septembre.

Erde, Nikolaus Geyrhalter Erde, Nikolaus Geyrhalter
 
  • 10/09/2019, 19h00: Nos Défaites de Jean-Gabriel Périot (France 2019, 94', français avec sous-titres en anglais) en présence du réalisateur - Q&A avec Birgit Kohler en français
En mai et juin 2018, Jean-Gabriel Périot a associé dix étudiants en cinéma d’un collège d’Ivry-sur-Seine à un projet artistique et politique. Les étudiants ont travaillé devant et derrière la caméra. Ils remettent en scène des grèves, des actes de résistance et des conflits sur le lieu de travail extraits de films réalisés entre la fin des années ‘60 et ’70, notamment par Jean-Luc Godard et Alain Tanner. Nos défaites présente le résultat de ce travail et y ajoute des interviews. Le réalisateur interroge les étudiants sur les scènes qu’ils viennent de jouer et sur des concepts tels que les classes sociales, les mouvements syndicaux, l’engagement politique et le contexte sociétal. Une approche simple et incisive qui offre aux spectateurs un aperçu de la manière dont une génération plus jeune perçoit la politique et le cinéma politique du passé. (Alejandro Bachmann)
 
  • 11/09/2019, 18h30: Delphine et Carole, insoumuses de Callisto Mc Nulty (France 2019, 70', français avec sous-titres en anglais) en présence de la réalisatrice - Q&A avec Birgit Kohler en anglais
Dans les années 1970, l’actrice légendaire Delphine Seyrig apparaissait sur grand écran dans le rôle d’une fée chantante, de l’épouse éthérée d’un ambassadeur ou d’une femme au foyer pelant des pommes de terre. Elle défendait aussi activement la cause féministe, ce qui l’a menée derrière la caméra. Avec Carole Roussopoulos, elle a été l’une des premières vidéastes activistes de France, documentant non seulement le mouvement des femmes dans l’Hexagone, mais utilisant également ce nouveau support visuel pour contrer la représentation dominante des femmes à la télévision et ailleurs à l’aide de ses propres images et commentaires. Les deux femmes ont organisé des ateliers vidéo et fondé le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir d’archives féministes. À partir d’une sélection d’extraits tirés d’œuvres féministes des collectifs de vidéastes « Les Insoumuses » et « Video Out » et d’émissions-débats avec Simone de Beauvoir, Marguerite Duras ou Chantal Akerman, ce film écrit un chapitre de l’histoire du féminisme tout en traçant le début d’une pratique politique créative caractérisée par l’audace, l’humour et la subversion. (Birgit Kohler)
 
  • 11/09/2019, 20h30: A Portuguesa [The Portuguese Woman] de Rita Azevedo Gomes (Portugal 2018, 136', portugais/allemand avec sous-titres en anglais)
Son pays à lui, c’est la guerre. Son pays à elle, c’est le Portugal. Pourtant, la jeune épouse de Lord von Ketten est déterminée à transformer la résidence familiale de son mari, un château inhospitalier perché sur une falaise du nord de l’Italie, en un vrai foyer. Lorsqu’il part au combat avec ses hommes et tente de la renvoyer chez ses parents, elle décide de rester. Ses proches voient la demeure comme un mausolée de solitude. Pendant les onze longues années d’absence de son mari, elle lit, chante, joue de la musique, danse, nage et parcourt la forêt à cheval. Elle élève un jeune loup dont elle finit par se sentir plus proche que de ses deux fils – c’est, en tous cas, ce qui est suggéré dans cette adaptation de la nouvelle La Portugaise de Robert Musil, qui se déroule au Moyen Âge et expose de magnifiques costumes et des images somptueuses capturées par des prises de vue élégantes et fluides. (Birgit Kohler)
 
  • 12.09.2019, 18h30: Erde [Earth] de Nikolaus Geyrhalter (Autriche 2019, 115', anglais/allemand/espagnol/italien/hongrois avec sous-titres en anglais)
Un portrait de la Terre à l’Anthropocène. Ce documentaire visite 7 lieux qui ont été profondément métamorphosés par l’homme. Des montagnes entières déplacées en Californie, un tunnel découpé dans la roche au col du Brenner, une mine à ciel ouvert en Hongrie, une carrière de marbre en Italie, une mine de cuivre en Espagne, une mine de sel utilisée pour stocker des déchets radioactifs à Wolfenbüttel et un paysage de sables bitumineux au Canada. D’abord vus du ciel comme des peintures abstraites, ces lieux sont ensuite explorés à même le sol. Le film mêle des images de machines en marche à des échanges avec les travailleurs. Parallèlement aux témoignages sur le déroulement du travail, les dégâts environnementaux et les évolutions technologiques, Erde rend ce monde visible d’une manière unique en le dépouillant avec subtilité : des masses de matière grise, des collines, des montagnes. Les dimensions sont gigantesques, les proportions hors de contrôle : le monde échappe à l’entendement humain. « Il y a toujours une machine plus grande, un moteur plus puissant, et quand rien ne marche, il y a toujours la dynamite. On gagne toujours. » Vraiment ? (Alejandro Bachmann)
 
  • 12/09/2019, 21h00 : Mother I Am Suffocating. This is My Last Film about You. de Lemohang Jeremiah Mosese (Lesotho / Katar 2019, 76', anglais)
Dans les rues poussiéreuses du Lesotho, les gens fixent curieusement la jeune femme qui, comme Jésus, porte une croix en bois sur son dos. Elle les regarde à son tour, voit des paysages d’une beauté mystique, un troupeau de moutons, des mains qui tricotent sans relâche. Une voix off brute – consciente de n’être pas entendue par ceux à qui elle s’adresse – structure le flux d’images en une complainte cinématographique. Dans ce film-essai, Lemohang Jeremiah Mosese parvient à créer la chronique d’un chagrin se radicalisant, passant de l’adieu personnel à la figure maternelle, à une désertion délibérée de la patrie. Dans l’intensité et la douleur, cette complainte inhabituelle de la migration africaine éclaire le domaine encore tabou de l’expérience, et pas seulement au cinéma. (Dorothee Wenner)

 

(Synopsis: Copyright Arsenal — Institut für Film und Videokunst e.V.)

 

BERLINALE FORUM

Avant-garde, cinéma expérimental ou d’observation, films d’art et d’essai, reportages politiques ou nouvelles formes de cinéma : le Forum est consacré aux nouvelles tendances dans le monde du cinéma et aux nouvelles narrations cinématographiques. Peu de restrictions dans la sélection, autant de libertés que possible. Les films du Forum se définissent à la frontière entre cinéma et art contemporain. Le Forum Expanded élargit le spectre depuis 2006 avec de l'art vidéo et des oeuvres d'installation et de performance présentées au cinéma et dans des lieux d'exposition. Le Forum de la Berlinale est une manifestation de Arsenal - Institut für Film und Videokunst e.V. organisée dans le cadre de la Berlinale.

Un événement organisé par BOZAR Cinema, le Goethe-Institut et le Berlinale Forum / Arsenal - Institut für Film und Videokunst e.V. Avec le soutien de la Senatsverwaltung für Kultur und Europa des Landes Berlin et du Österreichisches Kulturforum, et pour la communication, de l’Alliance française de Bruxelles, de l’Ambassade de France, du Festival Elles tournent et du Ciné-club Insas.

Retour