Raccourcis:
Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

L'actualité culturelle du trimestre
La Foire du livre de Francfort mise sur le numérique

Frankfurter Buchmesse
Canada sur la foire de livre d'Francfort...ou pas | © Picture Alliance/dpa | Frank Rumpenhorst

Cette année, la Foire du livre de Francfort aurait dû être le point culminant des échanges culturels entre le Canada et l'Allemagne jusqu'à présent. Chaque année, la plus grande foire du monde en son genre - plus de sept mille exposants et environ trois cent mille visiteurs se réunissent normalement à Francfort sur une période de cinq jours - accueille un pays différent comme invité d’honneur et fait connaître sa littérature.

De Andreas Platthaus

Cette tradition existe depuis 1976, et c'est enfin le Canada qui devait être le pays invité - avant même les États-Unis ou la Grande-Bretagne, car les seuls pays anglophones à avoir été invités  jusqu’à présent étaient l'Irlande et la Nouvelle-Zélande. L'Inde, qui s'était fait remarquer en 1986 avec plusieurs langues, dont l'anglais, peut dans une certaine mesure également entrer dans cette catégorie. Mais le Canada aussi a le multilinguisme à offrir, et on se réjouissait de découvrir tout autant sa littérature francophone qu’anglophone. L’expérience de la France en tant qu’invité d’honneur en 2017 avait été très positive.

Un remarquable signe de solidarité

Mais la COVID-19 a déjoué les beaux projets du Canada - et ceux de toute la Foire. Au départ, la Foire du livre de Francfort devait encore avoir lieu en octobre, mais lorsqu'on s'est rendu compte qu'elle ne serait plus que l'ombre d'elle-même - au mieux, un quart des exposants était attendu, et le nombre de visiteurs n'aurait même pas atteint le quart du chiffre de l'année dernière en raison des mesures d'hygiène – on s'est résigné à l'annuler le 8 septembre dernier. Les éditeurs étrangers auraient été presque totalement absents et le Canada aurait dû annuler définitivement sa présence, qu'il avait préparée depuis des années, si la Foire du livre ne lui avait pas proposé en juin de la reporter à l'année prochaine, en raison de l’impossibilité de l’honorer cette année. Les prochains pays invités confirmés - l’Espagne, la Slovénie et l’Italie - ont également accepté de repousser leur présence d'un an. Il s'agit là d'un remarquable signe de solidarité avec le Canada, car les préparatifs de ces États en vue de leur présentation à Francfort avaient également commencé depuis longtemps. Un programme de plusieurs millions de dollars, comme c'est maintenant pratique courante pour les pays invités, représente un défi organisationnel de taille.

Près d'une centaine d'auteurs devaient représenter le Canada à Francfort, et lorsqu'il est clairement apparu que cela serait impossible en raison de la pandémie, on a d'abord envisagé de présenter toutes les lectures en ligne. Mais l'expérience de ces derniers mois en matière de streaming et de podcasts vidéo a montré la lassitude du public à l’égard de ces technologies. Et même la plus originale des captations vidéo ne peut remplacer le caractère immédiat d’une lecture en présentiel. C'est pourquoi la Foire du livre et le comité d'organisation canadien sont grandement soulagés de savoir qu'ils auront une autre chance en octobre 2021. Pour l'instant, on ne peut qu'espérer que la pandémie sera maîtrisée d'ici là. Les préparatifs en vue de la présentation du prochain pays invité demeureront aussi une entreprise très risquée.
  • Buchmesse Frankfurt © Frankfurter Buchmesse
    Parc des expositions de la Foire du livre de Francfort avec les halls 3, 4, 6
  • Eröffnungspressekonferenz der Buchmesse im Jahre 2019 © Frankfurter Buchmesse, Claus Setzer
    La conférence de presse d'ouverture du salon du livre en 2019
  • Autorin Erika Fatland als Vertreterin des Gastlandes bei der Eröffnungsfeier der Frankfurter Buchmesse 2019 © Frankfurter Buchmesse, Marc Jacquemin
    L'auteur norvégienne Erika Fatland représentant le pays hôte lors de la cérémonie d'ouverture de la Foire du livre de Francfort 2019
  • Comic-Zentrum in Halle 3.0 i der Frankfurter Buchmesse © Frankfurter Buchmesse, Nurettin Çiçek
    Le Centre de la bande dessinée, situé dans le hall 3.0, est toujours l'une des attractions les plus populaires pendant les journées publiques de la Foire du livre de Francfort. Ici : en octobre 2008, le jour où la Foire du livre de Francfort a accueilli le plus grand nombre de visiteurs en plus de soixante-dix ans d'histoire.
  • Frankfurter Buchmesse © Frankfurter Buchmesse, Alexander Heimann
    Les visiteur.es professionnel.les dans les couloirs de la Foire du livre de Francfort

La présence physique du Canada à Francfort ne se limite pas au seul plaisir d'entendre tous les auteurs présents. Comme chaque année, les éditeurs allemands ont fait traduire de nombreux livres du pays invité, car ces projets sont soutenus financièrement. D’importantes subventions avaient été approuvées à l'avance, tant en Allemagne qu’au Canada, d’autant plus que la littérature canadienne d'expression anglaise et française jouit d’une grande popularité dans ce pays. Les livres sont là, certes, mais il manquera cet automne la présence toujours populaire du pays invité, qui fait en sorte immanquablement que les ouvrages qu’on avait convenu de traduire reçoivent une grande attention dans les médias allemands. Ces derniers mois, plus d'une centaine de nouvelles publications de littérature canadienne ont fait leur entrée sur le marché allemand, et d'ici octobre, un nombre semblable s’y ajoutera. Pour les éditeurs, ces parutions doivent impérativement être suivies d’une présence physique du Canada en tant que pays invité l’an prochain.

Mais cette édition déjà amputée de la Foire du livre a perdu son cœur avec ce report à 2021. Avec beaucoup moins d’exposants et sans les habituelles lectures et rencontres avec les auteurs dans les stands, on se demande bien ce qui aurait pu attirer les visiteurs payants dans les salles d’exposition. L’annulation complète de la Foire était donc une conséquence logique de cette situation. Le seul événement encore au programme cette année est une journée de lectures dans la Festhalle de Francfort, un immense bâtiment à dôme historique, qui accueille normalement jusqu’à 13 000 spectateurs lors de concerts. Cette année quelques centaines d’invités au maximum y seront admis. D’autres événements auront lieu à différents endroits dans la ville, mais il y en aura moins que d’habitude en raison de l’absence d’auteurs étrangers. Le flair international habituel de la Foire du livre sera imperceptible cette  année.

La plupart des auteurs.trices allemand.es vivent en fait à Berlin

Et ce n'est pas tout. La scène la plus importante de la Foire, le « Blaue Sofa », qui accueille des discussions avec des écrivains et écrivaines de façon ininterrompue  pendant toute la durée de l’événement, sera montée à Berlin cette année, car même aux invités nationaux on ne souhaite pas imposer un déplacement à Francfort - et la plupart des auteurs allemands vivent en fait à Berlin. Ainsi, malgré tout le courage dont ses organisateurs font preuve, la Foire du livre de Francfort risque aujourd'hui de se solder par un échec retentissant. Certains exposants et amateurs de littérature constateront qu’il n’est pas nécessaire de se déplacer sur le site pour faire leurs affaires habituelles et assister à des lectures. Le directeur de la Foire, Juergen Boos, a déjà indiqué qu’on ne pourra plus retourner à l’ancien style de la manifestation. Le Canada doit donc prendre conscience du fait que sa présence reportée en tant qu’invité d’honneur sera non seulement menacée par la pandémie, qui pourrait bien perdurer, mais aussi par la perte d'importance de la Foire du livre de Francfort.