Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)
Où vivent les sons sauvages© Tobias Schrank

Wave-Gotik-Treffen

Tout s’assombrit chaque année à Leipzig, à la Pentecôte : les Rencontres Wave-Gotik constituent la plus grande et la plus importante manifestation de ce qu’on appelle la scène noire, qui couvre un large spectre de genres voisins, allant de sons médiévaux ou classiques à Gothic, EBM et Black Metal.

Les premières Rencontres Wave-Gotik (WGT) eurent lieu en 1992 au club Conne Island à Leipzig. La manifestation était à l’époque encore à taille humaine, avec environ 2 000 visiteurs. Issue d’une subculture qui s’était développée à l’époque de la RDA autour de la Nuit de Walpurgis, proscrite par le régime est-allemand à cause de son non-conformisme, cette scène ne put s’organiser qu’après la Réunification. Autrefois comme aujourd’hui, il s’agissait d’exposer, à côté de cette musique sombre, les créations vestimentaires spectaculaires et la conception du monde nihiliste des Gothiques.

Learning lines in the rain
Special effects by Loonatik and Drinks
The graveyard scene
The golden years

Bauhaus « She's in Parties »


Les WGT ont lieu pendant tout un week-end dans des endroits qui se trouvent à Leipzig ou dans sa périphérie et elles représentent depuis longtemps plus qu’un festival de musique. En fonction de la thématique, on y assiste à des représentations théâtrales, des projections de films, des lectures et des ateliers ; on y fait de la magie, on y est enchanté et envoûté. Pour les observateurs extérieurs, cela semble probablement très uniforme à cause de la prédominance de la couleur noire, mais ce n’est pas juste. On retrouve des sons médiévaux, présentés selon la tradition, aussi bien que de l’Electronic Body Music ou des genres variés, le plus souvent extrêmes, relevant du Metal. On voit des chemises à volants, tout comme des tenues steampunk, des gilets en cuir et de longues capes ainsi que les coiffures et les maquillages les plus fantastiques qui soient. On rencontre également des représentants des scènes BDSM et fétichistes, des fans de néofolk, des punks et des cyberpunks. Une image certes non colorée, mais très hétéroclite et empreinte d’une coexistence pacifique et tolérante.
  • Alexia, de Caen (France) © picture alliance/dpa/Alexander Prautzsch
    Alexia, de Caen (France), se tient au milieu du hall d'exposition sur le terrain de l'agra, lors du Wave-Gotik-Treffen. Chaque année à la Pentecôte, la "scène noire" se retrouve au festival de musique et de culture de Leipzig depuis 1992.
  • Visiteurs se reposant au « Heidnisches Dorf » au Wave-Gotik-Treffen. © picture alliance/dpa/Alexander Prautzsch
    Visiteurs se reposant au « Heidnisches Dorf » au Wave-Gotik-Treffen.
  • Tanzwut auf dem WGT S. Bollmann, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons
    Tanzgut au WGT
  • Le groupe finlandais de death/doom metal mélodique Swallow the Sun lors du 25e Wave-Gotik-Treffen 2016 à Leipzig/Allemagne. S. Bollmann, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons
    Le groupe finlandais de death/doom metal mélodique Swallow the Sun lors du 25e Wave-Gotik-Treffen 2016 à Leipzig/Allemagne.
  • Le groupe austro-allemand de musique de chambre et néo-classique Chamber au Wave-Gotik-Treffen 2015 à Leipzig/Allemagne. S. Bollmann, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons
    Le groupe austro-allemand de musique de chambre et néo-classique Chamber au Wave-Gotik-Treffen 2015 à Leipzig/Allemagne.
 

Wave-Gotik-Treffen in zahlen

Genre : Neofolk, Musique médiévale, EBM, Rock, Goth, Metal
Date de création : 1992
Lieu : Leipzig
Capacité : 21.000
Prochaine édition : 3.6.-6.6. 2022

Wave-Gotik-Treffen.de