Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1) Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Alice Socal

Le travail d'Alice Socal a été présenté dans de nombreuses expositions, notamment dans les festivals de bande dessinée de Trévise, Bologne, Linz et Hambourg. Elle travaille avec différents éditeurs dans le cadre d'ateliers sur divers projets - de la bande dessinée pour enfants aux reportages en bande dessinée (pour le ministère italien de la culture, pour l'Agence fédérale pour l'éducation civique, etc.)
Plus récemment, elle a publié une bande dessinée sur le portail des alumni du DAAD pour marquer le 250ème anniversaire de Alexander von Humboldt.

Alice Socal© Alice Socal
Alice Socal - Versöhnung© Alice Socal

Traduction française

1.
On va bientôt livrer le déjeuner.
Faire défiler vite fait encore quelques clichés de nourriture.
 
Tu me vois.
Dommage, je ne voulais pas te gâcher l’appétit.
 
2.
Une semaine de travail de 40 heures ; une fois de plus, ton café latte est froid.
 
Ici, il fait chaud, très chaud, ça brûle.
J’ai bonne mine, ça te fait mal.
 
3.
Travail, enfant, chien, mari. Vite prendre l’avion pour aller passer une semaine à Mallorca.
Tout brûle ici, ça ne tient certainement pas à tes trajets en avion.
 
4.
Ton job ne te rend pas heureuse, ton portable n’est pas tout jeune.
Tu voudrais m’embrasser, tout oublier.
 
5.
Nous nous retrouverons au printemps dans le Nord, je viendrai me baigner avec toi.
Tu veux me cueillir des branches d’eucalyptus.
 
6.
Ici, il fait chaud, très chaud, ça brûle.
Pose un peu ton portable.
Tu voudrais m’embrasser, tout oublier,
dépêche-toi, je manque d’air.

Alice Socal : « Au début, il y avait l'espoir »

Peux-tu nous dire ce que tu voulais transmettre dans ton travail ? Quelles sont les idées et les inspirations qui ont mené à la création de l'œuvre ?

Dans ma bande dessinée, je veux me concentrer sur les privilèges qui semblent aller de soi pour les gens qui vivent dans les pays riches. Les gens sont tentés d'ignorer les habitudes et les modes de vie banals qui sont quand même nuisibles à l'environnement, aux autres personnes et aux animaux - le café dans des gobelets en papier, les allers-retours en avion, l'omniprésence des emballages en plastique, etc.

Comme les humains sont souvent conscients de ces conséquences, ils cherchent des raisons qui semblent justifier leurs actions. Dans ma bande dessinée, le koala parle à l'une de ces personnes. L'animal, qui souffre des conséquences des actions humaines, tend une main de réconciliation à l'être humain enfantin et irresponsable.

Pourquoi le thème de la réconciliation est-il important pour toi ?

La réconciliation est importante parce que les petits et les grands conflits sont étroitement liés à notre nature et à notre existence humaine.

Comment s'est déroulé le processus de création de cette œuvre d'art? (Prévois-tu plutôt beaucoup à l'avance, et qu'est-ce que est créé en premier - le texte ou l'illustration ? Quels médias et quelles méthodes as-tu utilisés) ?

Au moment où j'ai commencé à réfléchir au complexe de la réconciliation, j'ai été confronté à de nombreuses nouvelles et images de l'Australie en flammes.

Les images de mignons koalas sauvés, portant des bandages sur leurs pattes à cause des brûlures, sont devenues virales sur les médias sociaux. Les humains sauvent les animaux dont ils ont d’abord détruit l’espace vital  de façon plus ou moins directe. J'ai imaginé ce que ce pauvre koala pourrait dire. Au début, il y avait donc l'espoir que les animaux puissent nous pardonner notre comportement. Le développement du texte et des dessins est vraiment un dialogue. Jusqu'à la version finale, je continue à faire des changements et des réajustements. J'ai dessiné la page numériquement.

Que souhaiterais-tu nous dire d'autre pour nous permettre de mieux comprendre ton œuvre ?

Je pense plutôt que j'ai déjà trop parlé. Je n'ai pas vraiment envie d'expliquer mon travail car j'ai le sentiment que cela pourrait en limiter les différentes perceptions.

À propos de l'autrice

Alice Socal est née en 1986 à Venise, en Italie. Elle a commencé ses études d'illustration et de bande dessinée à l'Académie des arts de Bologne et les a complétées à la HAW de Hambourg.

Depuis 2012, elle travaille en tant qu'illustratrice et dessinatrice de bande dessinée indépendante.
Son dernier roman graphique, Cry me a river, a été publié en 2017 en Allemagne par Rotopolpress et en Italie par Coconino Fandango. En 2019, elle a publié deux bandes dessinées plus courtes : Il fratello di Jürgen de Canicola (Italie) et Junior de kuš ! (Lettonie).

Son travail a été présenté dans de nombreuses expositions, notamment dans les festivals de bande dessinée de Trévise, Bologne, Linz et Hambourg. Elle travaille avec différents éditeurs dans le cadre d'ateliers sur divers projets - de la bande dessinée pour enfants aux reportages en bande dessinée (pour le ministère italien de la culture, pour l'Agence fédérale pour l'éducation civique, etc.)

Plus récemment, elle a publié une bande dessinée sur le portail des alumni du DAAD pour marquer le 250ème anniversaire de Alexander von Humboldt.

Depuis 2018, Alice et sa famille vivent à Berlin, où elle se concentre sur le dessin de bandes dessinées, de GIF et d'illustrations.