Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1) Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Musique actuelle d'Allemagne
Popcast

Rock, pop, hiphop, electro: au début de chaque mois nous partons à la recherche de nouvelles trouvailles  dans les studios et les clubs de la nation, de Kiel au nord jusqu'à Weilheim dans le sud. En collaboration avec Zündfunk, le magazine de la scène de la radio publique de la Bavière, nous présentons les plus récentes chansons de groupes hors normes. La Pop faite en Allemagne peut également être téléchargé par abonnement ici.

Shed© Birgit Kaulfuss

Édition actuelle

Ce mois-ci avec la musique de:

Die Liga der gewöhnlichen Gentlemen | Tapete Records 
Ezé Wendtoin | Trikont
Frau Kraushaar | Staatsakt
Ralph Heidel | Kryptox
Shed | Edition Dur
Auteur: Ralf Summer
Locateur (Anglais): David Creedon
Voix de femme haut-parleur (Anglais): Louise Hollamby Kühr

Die Liga der Gewöhnlichen Gentlemen Die Liga der gewöhnlichen Gentlemen | © DLDGG Hambourg est la capitale musicale de l'Allemagne. Cela ne plaît pas aux musicien.ne.s de Berlin, mais il existe quelques preuves qui ne peuvent tout simplement pas être niées. L'une d'entre elles est sans aucun doute le groupe Superpunk. Leur style punk garage pointu, influencé par la Northern Soul et aux textes socialistes amusants, a été une vraie révélation. Après la dissolution du groupe, deux de ses membres ont décidé de continuer avec le même concept et la même orientation musicale : Die Liga der gewöhnlichen Gentlemen, groupe dans lequel le patron de leur maison de disques joue de la guitare, poursuit la tradition Superpunk sans aucune fausse note. Quel bonheur !


 

Ezé Wendtoin Ezé Wendtoin | © Warc-en-ciel C'est un mélange assez curieux de chanson festive allemande et de tradition africaine que livre Ezé Wendtoin du Burkina Faso pour le Popcast du mois d'août. Mais ce son de fête ensoleillé est trompeur, car Ezé n'oscille pas seulement musicalement entre ces deux mondes, mais il œuvre aussi dans le cadre de plusieurs projets d'aide qu'il a initiés et dont le but est d'améliorer l'éducation scolaire dans son pays d’origine en Afrique.

 

Alles ist voll Scheiße
Die Welt ist so gemein
Ich finde alles zum kotzen
Und leg mich ins Selbstmitleid rein

Tout est plein de merde
Le monde est tellement méchant
Tout ça est à vomir
Et je m'apitoie sur mon sort

Frau Kraushaar « Lamentierendes Schwein » (Bella Utopia, 2022)

Frau Kraushaar Frau Kraushaar | © Vera Tammen/Staatsakt Autre classique de la scène hambourgeoise: la musicienne et artiste Frau Kraushaar. Avec Bella Utopia, elle a livré un excellent album de folk électronique parsemé de textes dadaïstes, album dans lequel il est parfois question de toutes petites choses de la vie (un objet trouvé au marché aux puces, par exemple), mais parfois aussi d'attitudes fondamentales face à la vie (comme dans Lamentierendes Schwein).


 

Ralph Heidel Ralph Heidel | © Michael Ullrich Modern Life, le nouvel album du saxophoniste et producteur Ralph Heidel, a été réalisé en collaboration avec le producteur allemand peut-être le plus connu actuellement, Max Rieger. L’œuvre se caractérise par un grand plaisir d'expérimentation, mais ses racines sont dans le jazz et la musique de chambre. Ce qui frappe, outre quelques mini-percussions, c'est l'utilisation d'un très vieux piano droit, et bien sûr toujours le saxophone alto de l'artiste lui-même.

 


Shed Shed | © Birgit Kaulfuss Dans son nouvel album introspectif Odenbruch, Rene Pawlowitz aka Shed reflète des thèmes de son ancienne patrie, dans l'est de l'Allemagne. Il y est question de ces petits endroits, de la station-service locale, de la vue sur l'eau, de la musique qui s'échappe des voitures en direction de Berlin, des routes de campagne, des saules pleureurs et des usines abandonnées, où l'industrie était autrefois florissante. Un paysage que l’on quitte et auquel on retourne, une œuvre pastorale pleine de gravité, parue dans le catalogue d'Ostgut Ton, la maison de disques affiliée au légendaire Berghain.



 

Subscription:




Éditions précédents


Popcast juillet 2022

avec la musique de:

Brezel Göring | Stereo Total Records / Flirt 99
Finna | Audiolith
Magnetic Ghost Orchestra | Fun in the Church
Perel | Kompakt
Raison | Buback
Auteur: Angie Portmann 
Locateur (Anglais): David Creedon
Voix off féminines (Anglais): Louise Hollamby Kühr  


Brezel Göring Brezel Göring | © Tina Linster

Depuis les années 90, Brezel Göring et Françoise Cactus ont mis en scène l'amitié franco-allemande dans des sons déjantés avec leur groupe berlinois Stereo Total. Début 2021, Françoise Cactus, dont l'accent français volontairement exagéré était la marque de fabrique du groupe, est décédée. Un peu plus d'un an plus tard, Brezel Göring publie Psychoanalyse (Volume 2), son premier album solo depuis la fin de Stereo Total. L'album montre Brezel Göring sous son côté vulnérable et est marqué par la perte de sa partenaire de groupe et de sa compagne.

Mache den Rap wieder soft und zart
Fühl mal Gefühle und komm drauf klar
Mach nicht auf Boss und fühl dich hart
Denn jede Emotion macht uns stark

[Rends au rap sa douceur et sa tendresse.
Ressens des émotions et assume-les
Ne fais pas le patron et sens-toi dur
Car chaque émotion nous rend plus fort]
- Finna « Zartcore »

Finna Finna | © Katja Ruge Le hip-hop n'est que pour les durs ? Pas du tout, selon la rappeuse hambourgeoise Finna. Sa prestation ne se limite pas à des rythmes lourds et des déclarations claires, mais comprend également des tenues roses et une pincée de paillettes. Finna a donné à son premier album le nom de Zartcore. Sous ce slogan, elle souhaite apporter la douceur et la tendresse dans le monde direct et souvent agressif du hip-hop et rendre possible une plus grande diversité dans le genre.

 

Magnetic Ghost Orchestra Magnetic Ghost Orchestra | © Benjakon Comparé aux nombreux artistes solos présents dans le Popcast du mois de juillet, Magnetic Ghost Orchestra semble suivre exactement le chemin inverse. Le groupe de jazz autour du compositeur et guitariste Moritz Sembritzki est composé de 17 membres qui apprécient particulièrement le son bombastique de cette taille de groupe. C'est ce que le groupe présente actuellement sur son premier album, Sand.


Perel Perel | © Helen Perez Pour le titre éponyme de son deuxième album, la musicienne électro Perel a fait appel à des renforts de Montréal. Dans Jesus Was an Alien, on entend en effet la voix de la Montréalaise Marie Davidson. En accord avec le titre, le mélange de minimalisme, de house et de new wave eighties de Perel intègre régulièrement des sons de synthétiseurs qui pourraient provenir directement de l'OVNI d'un film de science-fiction.

 

Raison Raison | © Stephanie von Beauvais La réponse à la question de savoir qui devrait écouter le premier album de Raison est très simple : le plus grand nombre possible de personnes. Raison est le projet de trois musiciens, Schorsch Kamerun, PC Nackt et Mense Reents, qui vivent à Berlin et à Hambourg. A l'instar de Brezel Göring, ces trois-là ne sont pas des nouveaux venus. Schorsch Kamerun et Mense Reents étaient déjà actifs depuis les années quatre-vingt avec le groupe hambourgeois Die Goldenen Zitronen. En tant que Raison, ils travaillent surtout avec une instrumentation minimale d'instruments à touches, peu de percussions et des chants pensifs.

Texte: Sonka Hinders


Popcast juin 2022

avec la musique de:

The Kings of Dubrock | Staatsakt
The Plastik Beatniks  | Alien Transistor
Kat Frankie | Grönland Records
Erdmöbel | Jippie! Industrie
Roman Flügel | Sister Midnight
Auteur: Angie Portmann 
Locateur (Anglais): David Creedon

  La scène musicale hambourgeoise occupe une place particulière dans le The Kings of Dubrock The Kings of Dubrock | © Dorle Bahlburg paysage musical allemand ; elle se distingue notamment par sa grande indépendance, son humour et sa diversité. La collaboration du producteur Victor Marek (Knarf Rellöm), de la chorégraphe Rica Blunck, également basée à Londres, et de l'humoriste Jacques Palminger (Fraktus) est l'un de ces phénomènes bénis par la folie. Leur projet The Kings of Dubrock cultive un mélange singulier de Far West, de dub reggae et de pop estivale. Jacques Palminger parle, Rica Blunck chante, les mots les plus étranges riment (un exemple serait les termes allemands pour caisse à outils et piste d'atterrissage, Werkzeugkiste et Landepiste), il faut y penser. Album fou et fantastique, Dubbies on Top, ne conviendrait toutefois probablement pas si bien à l'hiver.
 
 

Let the voices of dead poets
Ring louder in your ears
Than the screechings mouthed
In mildewed editorials.
Listen to the music of centuries,
Rising above the mushroom time.

[Laissez les voix des poètes morts
sonner plus fort dans tes oreilles
que les cris d'orfraie prononcés
dans des éditoriaux moisis.
Écoutez la musique des siècles,
s'élevant au-dessus du temps des champignons.]
Bob Kaufman Believe, believe

Bob Kaufman Bob Kaufman | © Mark Green Une autre collaboration vient de l’écurie des frères Notwist, Markus et Micha Acher, qui ont produit avec le dramaturge radiophonique Andy Ammer un hommage au poète beat Bob Kaufman. Le poète, décédé en 1996, laisse derrière lui une œuvre considérable qui n'a pas encore reçu l'attention qu'elle mérite. Les Plastik Beatniks et leur maison de disques Alien Transistor souhaitent désormais remédier à la situation. Sur l'album All Those Streets I Must Find Cities For, des invités illustres comme Patti Smith et Moor Mother récitent entre autres des poèmes du « Rimbaud Noir américain », comme il est aussi connu.


Kat Frankie Kat Frankie | © Elina Kechicheva L'Australienne Kat Frankie, installée depuis longtemps à Berlin, un chemin plus droit. Son album propose une pop de chambre opulente et parfaitement produite, qui parle tantôt de biens de consommation éphémères, tantôt d'espoir immortel. Shiny Things est le nom approprié de son œuvre, qui aura peut-être du mal à s'imposer face à la concurrence internationale, comme Florence K.

Roman Flügel Roman Flügel | © Nadine Fraczkowski Roman Flügel fait partie des producteurs techno allemands les plus respectés, mais il est plutôt connu au niveau international comme DJ. Ce n'est qu'avec Alter Ego, son projet commun avec Jörg Elling Wuttke, qu'il a pu décrocher un véritable succès en club en 2004 avec Rocker. En revanche, la plupart des adeptes ne connaissent pas son premier album solo de 1995, Ro70, car il a été publié en nombre limité d'exemplaires, d'où la décision de rééditer aujourd'hui sur sa propre maison de disque cet album adapté par excellence au salon.

 
 

Das Universum ist meine
Große Liebe
Und die Physik
Verehre ich wie
Meine Mutter

[L'univers est mon
Grand amour
Et la physique
Je l'adore
comme
Ma mère]
Erdmöbel Das Vakuum

Erdmöbel Erdmöbel | © Matthias Sandmann Pour clore le Popcast du mois, il y a une fois de plus une grande découverte à faire, longtemps cachée pour les gens en dehors de l'Allemagne. Le groupe de Cologne Erdmöbel est depuis plusieurs décennies le garant d'une pop lyrique pleine de brillantes influences allant de la pop classique à la bossa nova. Ils sont en quelque sorte trop bons pour ce bas monde, c'est pourquoi ils resteront notre petit secret, ce qui, à notre sens, est tout à fait équitable et juste. Guten Morgen, Ragazzi est le nom de ce nouvel album plein de joyaux énigmatiques, parmi lesquels se trouve la chanson Bernoulli Effekt, qui est présentée ici.


 


Popcast mai 2022

avec la musique de:

Chilly Gonzales & Plastikman | Turbo Recordings
Ferge x Fisherman | Ferge x Fisherman Records
Freundliche Kreisel | Stroom Records
JakoJako | Bigamo Musik
Toechter | Edition Dur
Auteur: Ralf Summer 
Locateur (Anglais): David Creedon 

Plastikman x Chilly Gonzales Plastikman x Chilly Gonzales | © Camille Blake Le Popcast du merveilleux mois de mai présente un côté calme et serein du paysage musical allemand. En tête de liste se trouve un album que l’on situerait plutôt au Canada. Richie Hawtin, qui vit depuis des années à Berlin, et Chilly Gonzales, génie méconnu des claviers qui fait la navette entre les deux pays, se sont attelés à une réinterprétation de l’album Consumed de Plastikman (alias Richie Hawtin), sorti en 1998. Célébré jusqu’à aujourd’hui comme le précurseur de la techno minimale, ce chef-d’œuvre n’a rien perdu de sa force dans Consumed in Key, cette version remixée accompagnée d’un piano. L’album est produit par nul autre que le Montréalais Tiga.

Ferge x Fisherman Ferge x Fisherman | © Gregor Seifert
Le son du projet Ferge x Fisherman rappelle le début des années 90 et, plus précisément, le mélange alors révolutionnaire et étonnamment cohérent de jazz et de hip-hop. Avec des invités internationaux comme Black Milk de Detroit, l’incroyablement talentueuse Munichoise Victoryaz, ainsi que le chanteur sud-africain Hunter Rose, le duo de Nuremberg livre le son parfait pour les chaudes nuits d’été.


 

Schläfst du denn schon?

(Tu dors déjà ?)
Freundliche Kreisel


Freundliche Kreisel Freundliche Kreisel | © Claire Dorweiler Sympathiquement filé, plein d’humour, expérimental, mais aussi sans compromis, Freundliche Kreisel suit ses idées sur son premier album. Une panoplie d’instruments électroniques et acoustiques accompagne des textes rêveurs, souvent parlés. Si vous souhaitez en entendre plus, cherchez Baldruin et Brannten Schnüre, les autres projets des membres du groupe, qui valent également la peine d’être écoutés et qui vous renseigneront sur la diversité des influences de ce groupe incomparable.


JakoJako JakoJako | © Katja Ruge
JakoJako emprunte un autre chemin, plus droit. Dans ses morceaux minimaux, la DJ résidente du Berghain utilise surtout des systèmes modulaires, dont elle agrémente les boucles de séquences douces et droites avec beaucoup de réverbération. L’album Metamorphose déploie sa force envoûtante par le biais d’un calme palpable. Ici, la production a été réalisée tranquillement.Jakojako, de son vrai nom Sibel Koçer, travaille, comme il se doit, dans une boutique de synthétiseurs modulaires.


 

toechter toechter | © Sophie Krische toechter est un « terrain de jeu, un laboratoire ouvert pour de nouveaux sons et de nouvelles expériences », explique le groupe dans l’interview. Sur leur album Zephyr, le trio composé de Katrine Grarup Elbo, Marie-Claire Schlameus et Lisa Marie Vogel utilise exclusivement des instruments à cordes (violon, alto, violoncelle) avec quelques courts passages vocaux, qu’elles traitent, distordent et mettent en boucle avec un arsenal considérable de pédales d’effet. Il en résulte un album magnifique et étrangement enchanteur, entre musique de chambre et drame cinématographique.


 


Popcast avril 2022

avec la musique de:

Chris Imler | Fun in the Church
Future Kult | Action Wolf Records
Get Well Soon | Virgin Music
Mittekill | Weltgast
Painting | World and Sound/Anytime
Auteur: Angie Portmann 
Locateur (Anglais): David Creedon 



Get Well Soon Get Well Soon | © Clemens Fantur Get Well Soon, le projet de Konstantin Gropper, originaire de la minuscule ville de Biberach dans le sud de l’Allemagne, sonne comme de la grande pop faite pour un public international, avec des arrangements opulents remplis de cordes et de cuivres. Son premier album, sorti en 2008, a été publié à l’échelle internationale par la maison de disques britannique Nude (en Allemagne par City Slang), et depuis, il n’a pas démérité. Le diplômé de la Popakademie de Mannheim, une sorte de pépinière de jeunes talents de la pop allemande, présente son nouvel album dans le Popcast d’avril et n’a pas à s’inquiéter de la concurrence. Avec ses compositions brillantes et une production merveilleusement élaborée, l’album a tout pour devenir un classique.

I’ve been to Hidalgo
Where the corn grows
And the wind blows
I get around

Je suis allé à Hidalgo
Là où le blé pousse
Et le vent souffle
Je fais le tour
Future Kult « Hildalgo »


Future Kult Future Kult | © Future Kult Future Kult, composé des musiciens Sion Trefor et Benjamin Zombori de Cardiff et Berlin, a effectué une résidence auto-organisée de trois mois dans la campagne mexicaine l’année dernière. Le monde leur a semblé tragique, contradictoire, cruel et désespéré — ils avaient besoin de le mettre en musique. Benjamin connaissait déjà bien le Mexique, et le choix s’est porté sur la ville isolée d’Hidalgo. C’est ici qu’est née une œuvre sombre aux allures dystopiques. Un projet unique en son genre.


Chris Imler Chris Imler | © Chris Galya Feiermann Chris Imler, dandy urbain, magicien douteux et prophète avec un passé de batteur (The Golden Showers, Oum Shatt, Die Türen) est considéré depuis des décennies comme le grand seigneur de l’underground berlinois. Son nouvel album, Operation Schönheit, est une beauté. Avec des cliquetis, des tintements et des synthés en dents de scie, Imler reste toutefois ancré dans la tradition électronique post-punk dans laquelle il et ses sons se situent.


 

Il y a quelque temps, Popcast a présenté le projet Hotel Kali, une résidence en Inde parrainée par le Goethe-Institut, réalisée par la musicienne berlinoise Theresa Stroetges et quelques artistes locaux. Dans le Popcast de ce mois-ci, la multi-instrumentiste également connue sous le nom de Golden Diskó Ship, avec Christian Hohenbild et Sophia Trollmann, présente un nouveau projet, le groupe Painting et l’album Painting is Dead, qui fait partie d’un projet artistique interdisciplinaire qu’ils ont appelé Painting in 3D. On présente ici le canonique Symmetrical Patterns.
 

Ich steh´ an der Fleischtheke - man behandelt mich nicht nett.
Die Lüge schreit: ‚Ich bin die Wahrheit‘ - doch es ist Tourette.
Das sind die Leute aus dem Internet.

Je suis au comptoir de la boucherie - on ne me traite pas gentiment.
Le mensonge crie : 'Je suis la vérité' - mais c'est Tourette.
Ce sont les gens d'Internet.
- Mittekill


Mittekill Mittekill | © Martin Gottschalk Depuis 2007, Friedrich Greiling et Jan Hohmann forment Mittekill et ont transporté la Neue Deutsche Welle (nouvelle vague allemande) dans l’ère de la techno. Leur nouvel album Phantom Club est une histoire assez sombre, en retrait, qui leur sied à point. Réalisé avec humour et perspicacité, le titre Die Leute aus dem Internet, un mid-tempo pétillant, traite de la relation entre la réalité et l’Internet, ce qui, sans surprise, ne suscite guère d’associations positives pour qui que ce soit.


 


Popcast mars 2022

avec la musique de:

Amewu | Ameguwa/Krasser Stoff
Ebow | Alvozay
Jesper Munk | Billbrook Records
Knarf Rellöm Arkestra | Hanseplatte/Misitunes
Maya Shenfeld  | Thrill Jockey
Auteur: Ralf Summer
Locateur (Anglais): David Ingram 

Jesper Munk Jesper Munk | © Dhanesh Jayaselan Jesper Munk appelle son nouvel album, Taped Heart Sounds, une étreinte. Il contient des reprises de chansons de ses héroïnes et héros musicaux, dont Etta James, Tom Waits et Jacques Brel. Détendu, toujours dans la zone de tempo moyenne et puisant allègrement dans le folk, le blues, la soul et tout ce qui se trouve entre eux, Jesper Munk s'approprie entièrement les chansons, comme le prouve également la chanson d'amour Baby présentée ici, à l'origine de Donnie & Joe Emerson. Jesper Munk explique la technique d'enregistrement inhabituelle avec des casettes multipistes dans l'entretien de notre Popcast de mars.

Le Knarf Rellöm Arkestra est l'un des nombreux projets de, eh bien, Knarf Knarf Rellöm Knarf Rellöm | © Stefan Malzkorn Rellöm, un vétéran de la scène musicale allemande peu connu en dehors des pays germanophones. Ses chansons, toujours malignes et espiègles, ont peu d'attrait pour le mainstream, mais sur son nouvel album Kritik der Leistungsgesellschaft (Critique de la méritocratie–un titre typique de Rellöm), il réussit, en collaboration avec ses comparses DJ Pattex et Tillamandaso, à produire quelques bouncers agiles, comme par exemple le Say It Loud, du hast Scheiß gebaut, présenté ici.

Maya Shenfeld a réussi un premier album Maya Shenfeld Maya Shenfeld | © Tobias Tzielony époustouflant. Sur In Free Fall, la Berlinoise originaire d'Israël expérimente des lignes de synthétiseurs minimalistes et des arpèges qui, par leur simplicité répétitive, développent une magie méditative et enchantée. La guitariste de formation classique laisse presque entièrement son instrument principal de côté sur l'album, mais puise dans son expérience pour ses compositions. Le morceau présenté, Body, Electric, est une méditation d'apparence classique, d'une intensité fantomatique.

Denn ich definiere mich darüber wer ich bin
Nicht was ich habe, haben werde oder hatte
Und es bleibt die ewige Frage: Haben oder Sein?

Car je me définis par ce que je suis
Pas ce que j'ai, ce que j'aurai ou ce que j'ai eu
Et il reste l'éternelle question : avoir ou être ?
Amewu, « Haben oder Sein »

Amewu, germano-ghanéen de Berlin, évolue depuis un certain temps déjà sur la Amewu Amewu | © Janick Zebrowski scène hip-hop. Son nouvel album Haben oder Sein (Avoir où être) est un album de rap discret et mature, qui est une expérience non seulement au niveau des textes, mais aussi de la musique. Dans l'ouverture présentée ici, Amewuga, qui parle de la vie d'Amewu en tant que marginal entre les cultures, on découvre même un sample des débuts de Depeche Mode.

Le Popcast de mars s'achève avec l'une Ebow Ebow | © Marko Mestrovic des Gaddafi Gals, Ebru Düzgün aka Ebow, et son album Canê, qui se situe entre le trap allemand et le R&B soul et qui s'inscrit dans la continuité de son prédécesseur K4L. Dans l'entretien, elle parle de la production de son album, de l'époque de la pandémie et aussi de son nouveau label Alvozay ("amies" en turc), qui se spécialise dans la promotion des artistes BPOC, qui sont encore fortement sous-représentés sur le marché musical allemand. A écouter en guise de conclusion : Sa nouvelle ballade Trouble.
 


Popcast février 2022

avec la musique de:

Anne  | Grzegorzki Records
AYKU  | Trikont
Kreidler  | Bureau B
Master Of All Four Elements | Master Of All Four Elements
Tocotronic  | Vertigo/Universal

Auteur: Angie Portmann
Locateur (Anglais): David Creedon  

Entschuldigung, du weißt, ich muss jetzt gehen
Ich kann nur eine Viertelstunde
im Schlund überstehen

Excuse-moi, tu sais que je dois partir
Je ne peux passer qu'un quart d'heure
tenir dans le gosier
Tocotronic « Ich tauche auf »

Tocotronic Tocotronic | © Goria Endres de Oliveira Pour beaucoup d’adeptes de musique en Allemagne, le groupe Tocotronic symbolise la deuxième renaissance de la musique alternative germanophone après la Neue Deutsche Welle. En même temps que le lo-fi américain de groupes comme Pavement et Sebadoh, la soi-disant école de Hambourg a fait son apparition au milieu des années 90, et Tocotronic a été l'un de ses principaux représentants avec des titres aux allures de slogans comme Ich möchte Teil einer Jugendbewegung sein (« Je veux faire partie d’un mouvement de jeunesse »). Bien des années plus tard, Nie Wieder Krieg, leur 14e album studio, paraît, une œuvre mûre d’une beauté sereine, surtout sur le plan musical. La chanson présentée ici, Ich tauche auf, est un duo avec la merveilleuse chanteuse autrichienne Soap&Skin. L'entretien Songs Of Gastarbeiter 2 Songs Of Gastarbeiter 2 | © Trikont donne la parole à Arne Zank et Jan Müller, batteur et bassiste du groupe.

La compilation Songs of Gastarbeiter Vol. 2 est une affaire typiquement allemande. À partir du milieu des années 50, l’économie allemande a souffert d’un manque de main-d’œuvre, et de nombreux travailleurs et travailleuses de l’étranger sont arrivés au pays—les fameux « Gastarbeiter » — grâce à un programme du gouvernement allemand. Une sous-culture musicale est née, largement inconnue du public allemand, jusqu'à ce que son portrait soit dressé il y a huit ans dans le premier épisode de la compilation présentée ici.  Cette fois-ci, il s'agit de la deuxième génération de travailleurs et de travailleuses immigrés. Nous y présentons la chanson Ayer tuve un sueno de Los Binkis. Un important document d'époque qui se nourrit d'un énorme éventail d'influences et de styles.

Ich fliege über die Felder
Ohne Namen, ohne Geld

(Je vole au-dessus des champs
Sans nom, sans argent)
Anne « Die Felder »

Anne Anne | © Wilfried Petzi Anne, un quatuor de Munich, fait de la pop filée entre l'art et la chanson. Avec eux, la batteuse de Candelilla, que l’auditoire attentif de Popcast connaît sans doute. Dans l’entretien, vous en saurez plus sur les circonstances défavorables de leur contribution et sur le lien entre la musique et la peinture.

Anciens héros, partie deux : instrumental, atmosphérique, agité et parfois menaçant, c'est ainsi que sonne Kreidler depuis de nombreuses années. Sur leur nouvel album Spells and daubs, les compositions sont Kreidler Kreidler | © Heinz Emigholz également minimales et répétitives, parsemées d’enregistrements sur le terrain et d’échantillons difficiles à identifier. Le choix du producteur Peter Walsh (Scott Walker, Heaven 17), sous la direction duquel est né un autre chef-d’œuvre « dubby » des Düsseldorfois, est très intéressant. Dans l’entretien, ils évoquent également le lien entre leur musique et les beaux-arts.

Master Of All Elements Master Of All Elements | © Master Of All Elements Le duo d'Augsbourg Master of all Four Elements conclut dignement le Popcast de février avec son agréable musique rétro-pop. Dans l'entretien, ils se réjouissent des avantages de la pandémie et de leur nouvel appartement commun. Nous nous réjouissons avec eux et le très réussi Rat Love de leur nouvel album Flesh Faker.
 


Popcast janvier 2022

avec la musique de:

Fazer | City Slang
JASSS | Ostgut Ton
Laura Lee & The Jettes | Duchess Box Records
Nalan | Mansions & Millions
Sissi Rada | Kryptox
Auteur: Ralf Summer
Locateur (Anglais): David Creedon  

Hope will fly
And they take off
to the past and present skies

(L'espoir s'envole
Et ils s'envolent
vers les cieux passés et présents)
Laura Lee & The Jettes « Caterpillar »

Laura Lee & The Jettes Laura Lee & The Jettes | © Suzanne Caroline de Carrasco Pour la 15e fois déjà, le Popcast du Goethe-Institut accueille une nouvelle année et nous souhaitons à tous nos auditrices et auditeurs une bonne et excellente année musicale. Nous commençons cette fois avec la merveilleuse Laura Gertken, alias Laura Lee & The Jettes, qui a réalisé un petit chef-d'œuvre pop à la fin de l'année dernière. Wasteland, l'album de la moitié du duo désormais dissous GURR, contient 11 courts hymnes shoegaze-pop, dont nous présentons ici la chanson Caterpillar. Dans l'entretien, Laura nous parle de son parcours. Elle visitera également le continent américain cette année – son créneau au SXSW est déjà réservé !
 
 

Sissi Rada est une harpiste d'origine grecque. Sur son album Nano Diamond, elle dit être partie à la recherche de sons primitifs d'instruments anciens, qu'elle a tissés avec un minimum d'électronique pour en faire une magnifique tapisserie sonore. Elle est notamment soutenue par Brian Eno et Andi Toma de Mouse on Mars.
 
 

I’m in my favorite place on earth
Me, my blanket and my favorite scores
I wrote my own episode
I’m good 4 sure

(Je suis dans mon endroit préféré sur terre
Moi, ma couette et mes scores préférés
J'ai écrit mon propre épisode
I'm good 4 sure)
Nalan « I’m Good »

Nalan Nalan | © Nusa Hernavs
Nalan Karacgil, qui faisait auparavant partie des Gaddafi Gals et que certains connaissent aussi sous le nom de Slimgirl Fat, a produit lors du premier confinement un album qui utilise les influences les plus diverses des deux dernières décennies et brille par une composition de niveau international. Sur I'm Good. The Crying Tape, elle réfléchit à sa jeunesse et aux humeurs changeantes de l'isolement, comme elle l'explique plus en détail dans l'entretien.

 
 

Fazer Fazer | © Michael Wong
Fazer de Munich ne souhaite pas être considéré comme un groupe de jazz. Sur leur troisième album Plex, les influences citées par le groupe sont trop variées. Le post-rock, l'afrobeat, la pop expérimentale, la dub techno sont pour le quintette des éléments tout aussi importants de leur musique. Dans l’entretien, les membres nous parlent de leur nouvelle association avec la célèbre maison de disques berlinoise City Slang.


 


JASSS, originaire d'Espagne et installée à Berlin, se promène elle aussi entre deux mondes, mais dans des contrées électroniques. On trouve sur A World Of Service des tiges de synthé surpuissantes, mais aussi des expériences dub sombres et des incursions dans le trip hop, comme dans le morceau-titre présenté ici. JASSS JASSS | © Matt Lambert
 

Pleasure
is nowhere to be found
Inside this world of service

(Le plaisir
est introuvable
À l'intérieur de ce monde de services)
JASSS « A World of Service »

 


Popcast décembre 2021

avec la musique de:

Abu Ama | Accidental Meetings
Die Cigaretten | Audiolith
KARL HECTOR presents JOHNNY | Now- Again
ROBERT GÖRL & DAF | Grönland
Vaovao | Staatsakt

Auteur: Ralf Summer
Locateur (Anglais): David Creedon  

  Karl Hector presents JOHNNY! Karl Hector presents JOHNNY! | © Now Again Le guitariste et producteur munichois Jan Weissenfeldt est l’une des personnalités les plus passionnantes de la scène musicale allemande. Depuis de nombreuses années, il crée un funk rude et brut, par exemple avec Poets of Rhythm ou les Whitefield Brothers. Sous le pseudonyme Karl Hector, il présente aujourd’hui son nouveau projet afro-rock international Johnny, dont la base est le rock de Zambie. Dans l’interview, il explique comment le rock et l’afro-beat ont pu fusionner pour donner naissance à ce genre grandiose.
Vaovao Vaovao | © Anna Jaissle
Le projet Vaovao de la musicienne de Cologne Hanitra Wagner et de son acolyte Oliver Bersing a également des racines africaines fusionnées. Hanitra Wagner fait partie de Die Heiterkeit, ce qui signifie que beaucoup la connaît déjà. Chez Vaovao, de multiples influences sont mises en valeur, les instruments électroniques de toutes sortes règnent et, dans l’ensemble, l’ambiance reste calme et contrôlée.

Abu Ama Abu Ama | © Abu Ama On peut en dire autant du mystérieux Abu Ama de Bielefeld, dont le son de Dub analogique dégage un calme si intense qu'en l'écoutant, on voit littéralement les volutes de fumée traverser le salon. Il s'explique dans l'interview sur la manière dont ses productions peuvent être comparées à des tapis — si tant est qu’ils existent. Car si, comme on l’affirme régulièrement, la ville de Bielefeld est effectivement un leurre, peut-être qu’Abu Ama serait lui aussi une illusion… Ce qui cadrerait très bien avec sa musique.

Il est donc bon qu'un groupe au nom très concret, Die Cigaretten, nous ramène en toute sécurité à la réalité. Die Cigaretten Die Cigaretten | © Katja Ruge Comme une bonne thérapie, leur nouvel album Emotional Eater reflète les sentiments collectifs du groupe qui, selon eux, se transforment magiquement en compositions. Il est publié sur le génial label hambourgeois Audiolith, que l’auditoire habitué de Popcast connaît certainement. Dans ce contexte, nous vous recommandons le film Wildes Herz, qui traite du groupe Feine Sahne Fischfilet, également publié sur Audiolith. Vous pouvez encore le regarder gratuitement dans notre série de films Signes de résistance sur Goethe on Demand.
Robert Görl Robert Görl | © Rick Burger
Il est désormais de tradition de présenter un classique ressuscité comme dernière contribution du Popcast, mais cette fois-ci, il s’agit plutôt de la nouvelle musique d’un groupe classique. Robert Görl, membre fondateur de DAF (Deutsch Amerikanische Freundschaft), est de retour avec ce qui est probablement sa dernière œuvre sous ce nom après le décès de son collègue de groupe Gaby Delgado-Lopez. Nur Noch Einer se compose en grande partie de morceaux produits il y a des années, avec lesquels Görl dit maintenant adieu à un chapitre important de l’histoire de la musique allemande.

 


Popcast novembre 2021

Avec de la musique de:

Gewalt | Clouds Hill
Isolation Berlin | Staatsakt
Maria Portugal | Fun in the Church
Niklas Wandt | Bureau B
Sam Shackleton | Woe To The Septic Heart

Auteur: Angie Portmann
Locateur (Anglais): David Creedon

Isolation Berlin Isolation Berlin | © Noel Richter Le Popcast de novembre offre une fois de plus des nouvelles de la scène musicale allemande, avec beaucoup de musique et des interviews dans lesquelles les créateurs de musique ont leur mot à dire. L'une des nouveautés les plus intéressantes du mois est le troisième album d'Isolation Berlin, Geheimnis. Le chanteur Tobias Bamborschke fait un voyage intérieur; l'album traite de crises personnelles et de questions de santé mentale. Ce qui distingue l'album et la chanson titre de la concurrence, ce sont les paroles habiles dans lesquelles des personnages imaginaires représentent des aspects individuels d'une personne. Vous en saurez plus à ce sujet dans l'entretien.

Ich werd' mich ändern, werd' mich ändern, irgendwann

(Je vais changer, je vais changer, un jour.)
Tobias Bamborschke, Isolation Berlin

Niklas Wandt Niklas Wandt | © Harriet Meyer Le batteur, percussionniste, producteur, journaliste radio et DJ Niklas Wandt, également connu pour son groupe Stabil Elite, est aussi un monde à part. Son nouvel album, Solar Müsli, et parfois difficile de synthétiseurs, d'instruments acoustiques et d'échantillons divers. Mais le rythme demeure toujours à la base, c'est le lieu sûr de Niklas Wandt. Il explique dans l'entretien comment son projet électronique et la scène du jazz se rejoignent.

Introspectifs, méditatifs et multicouches, ces attributs correspondent Sam Shackleton Sam Shackleton | © Sam Shackleton également aux collages sonores psychoactifs de Sam Shackelton (une « trance rituelle » selon lui, et c'est très juste). Des souvenirs agréables du dub sombre des années 90 me viennent à l'esprit. C'est de la musique pour l'après-soirée.

En revanche, le son grondant de Gewalt (à ne pas confondre avec All Diese Gewalt) ne convient pas pour se détendre. La figure centrale du projet est le vétéran de la scène berlinoise, le chanteur et guitariste Patrick Wagner, dont l'assurance s'affiche pleinement dans Gewalt Gewalt | © Magnus Winter l'entretien. Musicalement, Gewalt est assez brutal, mais toujours discipliné. Aucun son n'est de trop, tout semble précis et bien pensé. Depuis plusieurs années, Gewalt s'est constitué une armée de passionnés lors d'innombrables concerts, de sorte que l'on peut parler sans exagération d'une sortie très attendue avec le premier album Paradies qui vient de paraître.

Ein Klang, ein Bett und eine Armee

(Un son, un lit, une armée)
Patrick Wagner, Gewalt

María Portugal María Portugal | © Kristina Zalesskaya
Enfin, nous vous présentons la musicienne expérimentale brésilienne Mariá Portugal, qui vit désormais en Allemagne. L'année dernière, elle a été invitée au merveilleux festival de Moers, que certains d'entre vous connaissent certainement grâce à notre dossier sur les festivals de musique en Allemagne. Moers est également le lieu de naissance de son nouvel album Erosão, une œuvre passionnante, imaginative et stimulante que l'on peut classer dans la catégorie du jazz, bien qu'il y ait beaucoup plus à découvrir.
 


Popcast octobre 2021

Avec la musique de:

Glasgow Coma Scale | Tonzonen Records
Gudrun Gut und Mabe Fratti | Umor Rex Records
Keshavara | Papercup Records
Faust | Bureau B
Thala | Duchess Box

Auteur: Angie Portmann
Locateur (Anglais): David Creedon


Keshavara Keshavara | © Niclas Weber Le duo de Cologne Keshavara, connu jusqu'à présent uniquement des initiés, se la coule douce. Manjula Mantra, que nous vous présentons dans notre Popcast d’octobre, serpente habilement entre les cultures, les époques et les styles. Mais ce qu’il y a de mieux dans ce mélange audacieux mais cohérent, c’est l’omniprésence d’un certain style funky. Les paroles éparses, surtout lorsqu’elles sont interprétées en allemand, attirent également l’attention en raison de leurs qualités dadaïstes (ou sages?). Il s’agit d’un morceau de musique vraiment fascinant, que les deux musiciens expliquent plus en détail dans l’interview. L’album Kabinett der Phantasie vient de sortir, si vous voulez en savoir plus.

Unter den Palmen liegt ein Geheimnis

(Sous les palmiers se cache un secret)
Keshavara

La musique allemande n'a jamais été principalement caractérisée par la décontraction. Il est donc d'autant plus surprenant que nous ayons un autre morceau Thala Thala | © Celestecall de musique de rêve dans la sélection de ce mois-ci. Thala, dont l'album conceptuel Adolescence traite son processus de croissance, fait, dans ses meilleurs moments, penser à Angel Olsen. Une œuvre en apesanteur avec une certaine profondeur. Dans l'entretien, elle raconte l'histoire légèrement hippiesque de son développement artistique.
 
À première vue, le trio de Francfort Glasgow Coma Scale ne s’intègre pas dans le paysage musical allemand. Mais c’est bien la première fois  Glasgow Coma Scale Glasgow Coma Scale | © GCS que l'on entend du stoner rock instrumental sur le Popcast. Leur énergie irrépressible et le perfectionnisme technique dans leur morceau Magik convainquent même les sceptiques.

I contemplate my life into pieces every day

(Je regarde ma vie en morceaux tous les jours )
Thala

En terrain plus familier, nous retrouvons le génie de Gudrun Gut, cofondatrice de Malaria !, Mania D et Monika Enterprises, qui revient avec une collaboration passionnante avec le musicien expérimental guatémaltèque, Mabe Gudrun Gut & Mabe Fratti Gudrun Gut & Mabe Fratti | © Daniel Castrejón Fratti. Ensemble, elles ont enregistré Let's Talk About the Weather, un album sombre aux multiples facettes sur le climat. Le violoncelle de Mabe Fratti vient à la rencontre de bribes de (leurs?) conversations, d’enregistrements sur le terrain et de différentes manipulations électroniques. Un collage sonore impressionniste qui débouche sur une dystopie inquiétante. Ce n’est pas sans fierté que nous rappelons que les deux se sont rencontrées lors d’un projet du Goethe-Institut. Vous en saurez plus à ce sujet dans l’interview.
 
Et enfin, une première sur le Popcast : la présentation d’une réédition. Faust, le légendaire groupe de Krautrock qui n’a jamais atteint la célébrité dans son pays, publie ses quatre premiers albums du début des années 1970 dans un luxueux coffret de 8 CD (ou 7 vinyles), avec un nouvel album et d’innombrables morceaux inédits.


Popcast septembre 2021

Avec la musique de:

Breezy | Breezy
Henning Hans | Stargazerrecords
Die Radierer | Blitzkrieg Pop Records
Moritz von Oswald Trio | Modern Recordings
Nene H | Incienso

Auteur: Ralf Summer
Locateur (Anglais): David Creedon

Moritz von Oswald Trio Moritz von Oswald Trio | © Charlotte Duale Le Moritz von Oswald Trio fait un retour au Popcast du mois de septembre - avec le morceau méditatif Chapter Four de l'album Dissent, qui montre cette fois-ci davantage d'influences du jazz et du dub. Morith von Oswald est soutenu par la musicienne expérimentale américaine Laurel Halo et le batteur de jazz Heinrich Köbberling, dont le travail inlassable donne une direction à l'album.
 

Ich will jede Menge Spass
Ich will ins Gute Laune Land

[Je veux avoir beaucoup de fun / Je veux aller au pays de bonne humeur.]
Die Radierer

C’est avec beaucoup de soul, mais aussi de blues, que la Berlinoise Breezy Breezy | © Rhys Anderson d'adoption Breezy s'attaque au hip hop. Depuis 2019, elle vit dans la capitale allemande, avec laquelle, comme elle l'explique dans l'interview, elle entretient une relation d'amour-haine. Son talent pour combiner les styles afro-américains a façonné sa musique, mais elle est également douée pour les collaborations. En 2020, elle a sorti la chanson multilingue Savage Rap avec Haszcara, Alice Dee, Cupid et d’autres artistes, et elle présente aujourd’hui dans ce Popcast son album Schwarzfahren, avec des invités passionnants, dont la poète slam australienne Arielle Cottingham, dont elle a mis en musique le poème The Berlin Poem, qu'elle présente ici.

Henning Hans Henning Hans | © Henning Hans Mais le Popcast ratisse encore plus large : il se penche aussi l'Europe, en tant que continent et idée. Inconnu jusqu’à tout récemment, le musicien Henning Hans a enregistré seul son album Ich hatte mein Handy hätte man mich gebraucht, qui comprend entre autres la chanson européenne Ode an die Freude, présentée dans ce Popcast et ainsi nommée pour faire référence ironiquement au poème de Friedrich Schiller. Une découverte très intéressante.

Basse sèche, voix hystériques et bonne humeur, voilà ce qui caractérise le plus ancien groupe post-punk d'Allemagne, Die Radierer. Die Radierer Die Radierer | © Die Radierer Contemporains d'illustres collègues tels que Fehlfarben ou Palais Schaumburg, ils sont présents sur la scène musicale depuis plus de 40 ans, et présentent ici un morceau inachevé depuis 40 ans. Parfois, ça prend un peu plus de temps, mais ça vaut le coup d'attendre. Au moins, ils n'ont pas perdu leur énergie.

Kann ich bitte endlich gehen

[Je peux partir maintenant ?]
Nene H

Nene H Nene H | © Paul Krause Artiste d'origine turque basée à Berlin et à Copenhague, Nene H est l'un des nouveaux talents les plus passionnants de la musique électronique. Elle est surtout connue en Allemagne pour ses performances avant-gardistes au festival CTM et à Berlin Atonal. Formée en musique classique, elle utilise ses divers talents et ses expériences multiculturelles pour créer des morceaux sombres et novateurs, pleins d'atmosphère et de densité émotionnelle. Depuis, la critique allemande ne tarit pas d'éloges. Nous vous présentons ici son titre introspectif Reue, extrait de son premier album Ali, qui vient de sortir et qui porte le nom de son défunt père.


Partenaires et contact

Contact

Questions? Commentaires? Suggestions?