Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)
Hera© Goethe-Institut Mexiko

Découvertes d'art urbain en Amérique du nord
« Héros silencieux » de Hera et ses amis

Héros silencieux

L'artiste de rue Jasmin Siddiqui Hera de Francfort-sur-le-Main et les artistes mexicain.e.s HeraGraff, Tomer Linaje et Óscar Axo ont passé plus de temps que prévu à Mexico en raison de l'annulation de festivals et d'événements lors de leur voyage à travers l'Amérique centrale jusqu'au Mexique. Face à la crise de la COVID-19 et « grâce » à elle, ils et elles ont créé sur le parking du Goethe-Institut Mexico une œuvre qui ne laisse personne indifférent. On y retrouve, dans un langage visuel mélancolique, des éléments picturaux issus de mythes mexicains, de contes de fées allemands ainsi que des signes de notre époque, que le monde entier connaît.

Nos véritables héros sont ces petits assistants silencieux, leur force ne réside pas dans l'action mais dans le calme et la réflexion.

Une phrase qui encore et toujours incite beaucoup d'entre nous à examiner de manière critique notre vie de ces jours-ci par rapport à ce grand objectif : passer à travers !
Nous sommes infiniment reconnaissants envers les artistes.

  • Ausschnitt Stille Helden © Hera, Heragraff, Tomer Linaje und Óscar Axo, Foto: Goethe-Institut Mexiko
  • Stille Helden mit Künstlern © Hera, Heragraff, Tomer Linaje und Óscar Axo, Foto: Goethe-Institut Mexiko
  • Ausschnitt Stille Helden © Hera, Heragraff, Tomer Linaje und Óscar Axo, Foto: Goethe-Institut Mexiko
  • Ausschnitt Stille Helden © Hera, Heragraff, Tomer Linaje und Óscar Axo, Foto: Goethe-Institut Mexiko

Artistes

Jasmin Siddiqui est une artiste née en Allemagne, mieux connue sous le nom de Hera. Dans son art urbain et ses graffiti contemporains, elle utilise une variété de médias pour créer des œuvres d'art qui suscitent de fortes émotions. Hera a travaillé avec URBAN NATION en 2018 dans le cadre du projet M/13.

Jasmin Siddiqui est d'origine germano-pakistanaise et a été élevée dans une famille catholique et musulmane. En raison de ses origines, elle a vécu, avant même de commencer l’école, des situations conflictuelles qu’elle ne savait comment surmonter jusqu'à ce qu'elle découvre l’art du graffiti. Hera est graphiste et essaie de combiner les techniques traditionnelles et la peinture au pistolet pour représenter des créatures mythologiques et des scènes comiques et satiriques. Ces images reflètent souvent des enjeux contemporains tels que l’injustice et la conscience sociale.

Hera sur Instagram
Óscar Axo est né à Oaxaca, mais il vit à Mexico depuis l'âge de 15 ans. Il est titulaire d'un diplôme en arts visuels de la Facultad de Artes y Diseño de l'Universidad Autónoma de México (UNAM). Son intérêt pour l'art mural est né lorsqu'il a effectué un service volontaire à l'Instituto de Investigaciones Estéticas de l'UNAM et participé à un projet sur le muralisme mexicain. Il a terminé ses études par la rédaction d’un mémoire intitulé « Muralismo Mexicano : productor de la Revolución Mexicana en América » (Muralisme mexicain : producteur de la Révolution mexicaine en Amérique) et orienté tout son travail artistique vers le muralisme afin de toucher un plus grand nombre de personnes.

« Je me suis adressé à des amis muralistes parce que je voulais faire l’expérience de l'art mural de mon point de vue esthétique et artistique. En 2010, j'ai commencé à peindre et peu de temps après, j'ai fondé le Colectivo Axolotol, avec lequel j'ai réalisé plusieurs projets et impressions dans la rue et dans des musées », dit-il.

Son style coloré va de pair avec des éléments mexicains tels que les masques, les vêtements traditionnels et les portraits de personnages que nous rencontrons quotidiennement dans la rue.

Óscar Axo sur Instagram
PLus d'Óscar Axo dans Artbits
 
HeraGraff a débuté dans le monde des arts de la rue à l'âge de dix-sept ans, en partie parce qu'elle voulait montrer que les femmes peuvent exister dans ce monde du hip-hop dominé par les hommes. Elle est originaire de Pachuca, dans l’État de Hidalgo, une ville où il est difficile de bâtir un grand mouvement, à plus forte raison si vous êtes une femme. Ce qui l’a motivée en partie : « Allez, ça me plaît » et persévérer. La voici donc.

HeraGraff sur Instagram
Plus de Heraraff dans Artbits
 
Rafael Medina Martínez, mieux connu sous le nom de Tomer Linaje, est un artiste plastique autodidacte qui s'intéresse aux arts de la rue depuis l’école secondaire. Bien qu'au début il ne faisait qu’écrire son nom sur les murs dans l’espace public, il s’est taillé avec le temps et beaucoup de constance une place parmi les muralistes mexicains les plus reconnus dans le monde, de l'île de Holbox et de Valle de Bravo à São Paulo et à l'Allemagne : je suis un artiste autodidacte. « J'ai appris avec constance, avec le plaisir d’expérimenter, par l'histoire de l'art et les vidéos d'autres artistes », dit-il.

Avec son style hyperréaliste, il dépeint des personnages et des animaux mexicains : des jeunes filles de Puebla à la très populaire Frida Kahlo, du célèbre chien nu mexicain à l'élégant jaguar. Mais sa plus grande inspiration est son fils, qu'il a représenté de diverses manières dans ses œuvres.


Tomer Linaje sur Instagram
Plus de Tomer Linaje dans Artbits