Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1) Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Sebastian Lörscher

Ses travaux les plus récents se concentrent surtout sur le médium du reportage dessiné. Avec quelques crayons et un carnet de croquis, il voyage dans des pays lointains et capture ses impressions dans des dessins, des textes et des bandes dessinées réalisés sur place. Il raconte ses aventures dans ses livres et lors de lectures sur les scènes allemandes. Ses derniers projets l'ont conduit à Bangalore dans le sud de l'Inde, à Haïti dans les Caraïbes, dans les régions sauvages d'Autriche et enfin au Nigeria.

Sebastian Lörscher© Sebastian Lörscher
Sebastian Lörscher - Versöhnung© Sebastian Lörscher

Traduction française

1.
Ma grand-mère est morte en 2010. Je l’ai vue pour la dernière fois quelques jours avant sa mort.
 
2.
J’étais triste de devoir lui dire adieu. Pourtant, les heures durant lesquelles je la regardais dormir restent un bon souvenir. Ces moments se remplissaient paisiblement, avec bienveillance et douceur.
 
3.
Ma grand-mère était une chouette grand-mère. Quand nous étions enfants, nous l’appelions Mamie-bêtises parce qu’elle nous en racontait beaucoup.
 
4.
Pourtant derrière ses rires et ses blagues, son visage était toujours marqué d’une grande amertume, une querelle entre elle et ses semblables.
 
5.
Face à la mort, tout cela avait disparu. Toute la façade de l’individu qu’elle avait voulu être de son vivant s’était dissipée.
 
6.
Il me semblait qu’elle voulait se faire pardonner de tout ce qu’elle n’avait pas réussi à faire ou osé entreprendre et des fautes qu’elle avait rejetées sur les autres.
 
7.
Je voyais sa fragilité, sa bonté, sa douleur, sa reconnaissance.  J’avais l’impression de LA voir vraiment pour la première fois.

8. J’espère que je n’aurai pas à attendre ma mort pour me réconcilier avec la vie.

Le plus difficile est probablement de se réconcilier avec soi-même

Peux-tu nous dire ce que tu voulais transmettre avec cette œuvre ? Quelles idées ou sources d’inspiration as-tu voulu prendre en considération lors de sa création? 

J'ai passé un bon moment à réfléchir sur ce que le mot réconciliation signifie pour moi. Au cours de ce processus, plusieurs pensées et histoires m'ont traversé l'esprit. Mais le thème de l' auto-réconciliation est celui qui m'a le plus touché.

Se réconcilier avec quelqu'un d'autre, par exemple pour régler une dispute ou pardonner une erreur, n'est parfois pas facile. Mais le plus difficile est probablement de se réconcilier avec soi-même. En effet, c'est avec soi-même que l'on est le moins indulgent.

Nous avons de grandes attentes envers nous-mêmes et si nous constatons que nous ne pouvons pas les satisfaire et que nos projets échouent, nous nous épuisons souvent. Nous sommes notre propre plus grand critique. Du moins, c'est ce qui se passe avec moi et avec beaucoup d'autres personnes que je connais. Et je crois aussi que c'était la même chose avec mes grands-parents.

Jusqu'à présent, j'ai vécu la mort de trois de mes grands-parents. Dans chacun de ces cas, la mort a été précédée par une maladie ; il était clair qu'ils s’approchaient de la fin de leur vie. Et dans chacun d'entre eux, j'ai pu constater comment ils se sont réconciliés avec eux-mêmes et ont atteint le calme, du moins dans une certaine mesure. C'est avec ma grand-mère Sophia, qui est le sujet de mon histoire, que j'ai le plus remarqué cela. Je considérais cela comme une sorte de réconciliation avec soi-même et avec sa vie. C'était très beau à observer - mais je me demande aussi s'il est possible de s'engager dans un tel processus plus tôt dans sa vie, et pas seulement à l'approche de la mort.

Pourquoi est-ce que le thème de la réconciliation est important pour toi ?

Régler une dispute (avec soi-même ou avec une autre personne) est l'un des sentiments les plus beaux et les plus rédempteurs que je connaisse. J'aime me réconcilier, je peux admettre mes propres erreurs, je peux pardonner aux autres leurs erreurs. Mais gérer les conflits, en parler et trouver des solutions est aussi quelque chose qui me pose parfois problème. Mais je fais de mon mieux et j'espère devenir de mieux en mieux.
Cependant, j'observe aussi de nombreuses personnes qui insistent sur leur point de vue juste pour éviter d'admettre leurs propres défauts. Ou qui gardent un ressentiment permanent. Ou qui évitent la communication et la discussion sur un point de discorde. Cela est à l'origine d'une grande partie de l'agressivité que nous connaissons dans ce monde - à grande et à petite échelle.

À quoi ressemblait le processus créatif lors de la création de cette œuvre ? (La cartographies-tu dans un plan à l'avance, travailles-tu d'abord sur le texte, puis sur l'illustration ou vice versa? Tu peux également parler du support ou des méthodes que tu utilises pour créer l'œuvre.)

Normalement, je suis quelqu'un qui laisse beaucoup de place à l'imprévu et à l'improvisation dans son travail. La plupart du temps, l'image et le texte sont créés dans un processus entrelacé et beaucoup de choses changent dans la "fabrication" ; je fais rarement des dessins préliminaires. Quand même, c'était différent avec cette histoire. Ici, j'ai d'abord écrit le texte, puis j'ai réfléchi à la façon dont je pourrais l'organiser sur la page et aux images qui permettraient d'en saisir correctement l'ambiance. J'ai fait quelques croquis avant de commencer les dessins définitifs. J'ai donc tout bien planifié. J'ai dessiné au crayon.

Que souhaiterais-tu nous dire d'autre pour nous permettre de mieux comprendre ton œuvre ?
 
Il y a longtemps que je n'ai pas dessiné une bande dessinée classique. C'était un plaisir de le faire à nouveau.
 

À Propos De L'Auteur

Sebastian Loerscher, né à Paris en 1985 et élevé près de Munich, est un dessinateur et auteur basé à Berlin. Il a étudié la communication visuelle à l'université des sciences appliquées de Würzburg et à l'école d'art de Berlin-Weissensee. Ses romans graphiques ont reçu de nombreuses récompenses (dont le prix Sondermann et le prix de la Stiftung Buchkunst) et figurent dans les catalogues de plusieurs éditeurs en Allemagne et en France.

Ses travaux les plus récents se concentrent surtout sur le médium du reportage dessiné. Avec quelques crayons et un carnet de croquis, il voyage dans des pays lointains et capture ses impressions dans des dessins, des textes et des bandes dessinées réalisés sur place. Il raconte ses aventures dans ses livres et lors de lectures sur les scènes allemandes. Ses derniers projets l'ont conduit à Bangalore dans le sud de l'Inde, à Haïti dans les Caraïbes, dans les régions sauvages d'Autriche et enfin au Nigeria.
Il travaille pour ses clients dans les domaines de l'illustration et du reportage dessiné et donne toutes sortes d'ateliers sur le dessin et le conte.

POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE TRAVAIL DE SEBASTIAN
vous pouvez le suivre sur Instagram ou visiter son site web.