Raccourcis:

Aller directement au contenu (Alt 1)Aller directement à la navigation secondaire (Alt 3)Aller directement à la navigation principale (Alt 2)

Intelligence artificielle et art
Quand est-ce que de l’art est vraiment - de l’art ?

Si un logiciel d’IA conçoit un tableau, est-ce de l'art ? Et qui en est vraiment l’auteur ?
Si un logiciel d’IA conçoit un tableau, est-ce de l'art ? Et qui en est vraiment l’auteur ? | Photo (détail): © DeepArt

Les logiciels d’intelligence artificielle qui créent de l'art soulèvent de vieilles questions : Est-ce de l'art ? Et qui est l'artiste - la machine, le programmeur ou la personne dont les données ont alimenté l'algorithme ?

Chaque fois que l'artiste berlinois Roman Lipski se met au travail, son assistant a déjà effectué des tâches préliminaires pour lui. Par exemple, lorsque Lipski lui présente des images de paysages californiens, son assistant esquisse diverses approches sur la manière de représenter la région située entre les Rocheuses et le Pacifique. Le peintre d'origine polonaise s'inspire ensuite de ces croquis pour développer ses propres interprétations. Celui que Lipski appelle affectueusement « ma muse »est extrêmement assidu, il n'est jamais malade, ne prend jamais de vacances, ne connaît pas de week-ends; il travaille jour et nuit, sans se plaindre, à chaque mission que lui confie son employeur. Car le bras droit de Lipski est une machine.



L'artiste lui-même parle avec euphorie d'un « véritable partenariat entre un peintre et un logiciel d’intelligence artificielle. » Lipski a découvert les avantages de l'intelligence artificielle (IA) lors d'une crise artistique. C'est à cette époque qu'il a rencontré l'informaticien Florian Dohmann de l'initiative artistique YQP, avec qui il a développé son assistant artificiel. Depuis lors, cet assistant analyse les peintures de Lipski, les décompose et les reconstitue de manière inédite. De cette façon, il sert à la fois de prolongement du bras et d’extension de la mémoire du peintre. 

 
Tout comme Roman Lipski, de nombreux peintres, compositeurs.rices et auteur.e.s s'appuient aujourd'hui sur des outils virtuels. Pour eux, le Machine Learning (ML) - à l’instar de nombreuses autres technologies - a sa raison d’être, ne serait-ce que parce qu’il permet de créer des formes d'expression entièrement nouvelles. L'IA y collabore activement et produit des effets étonnants. « Il est fascinant de constater que l'IA peut contribuer à déclencher quelque chose d'aussi profondément humain que l’extase », déclare la compositrice Holly Herndon.
La musicienne et compositrice Holly Herndon a présenté son album Proto, qu'elle a développé avec un logiciel d’IA, lors du festival Club To Club en Italie en 2019. La musicienne et compositrice Holly Herndon a présenté son album Proto, qu'elle a développé avec un logiciel d’IA, lors du festival Club To Club en Italie en 2019. | Photo (détail): © picture alliance/Pacific Press/Alessandro Bosio Dans son album Proto - le titre est une forme abrégée du terme « protocole » - l'artiste américaine, qui vit à Berlin, chante en compagnie de Spawn, un logiciel d’intelligence artificielle qu'elle a programmé elle-même après l’avoir nourri de sa propre voix et celles d'un petit ensemble vocal. Celui-ci a ensuite produit des échantillons de voix que ses algorithmes jugeaient appropriés, échantillons auxquels les artistes humains ont répondu en chantant. Cette musique homme-machine enregistrée par Spawn et Herndon a évoqué chez un critique du magazine MusikExpress « une sorte de musique d'église provenant d'un futur lointain ». 

Ça va pour composer - mais pas pour faire de la musique

Il existe bien d’autres logiciels d'IA dans le domaine des arts. En France, un réseau de neurones que des chercheur.e.s avaient nourri de 45 chansons des Beatles en tant que données, a composé de manière indépendante Daddy's Car, une chanson dans le style des compositeurs du groupe, John Lennon et Paul McCartney. En octobre 2018, Edmund de Belamy, un tableau généré par un logiciel d'IA, a atteint le prix record de 432 500 dollars américains lors d'une vente aux enchères chez Christie's à New York. À Tübingen, en Allemagne, une équipe dirigée par le neuroscientifique Matthias Bethge a mis au point un logiciel d'IA qui analyse et reproduit les œuvres de grands peintres. Aujourd'hui, sur le site deepart.io, créé par Bethge, vous pouvez télécharger n'importe quel motif et, pour 1,99 euro, le transformer en une œuvre d'art dans le style du grand maître de votre choix. « L'art est avant tout une question de perception, explique le scientifique, et c'est ce qui rend ce domaine si passionnant pour nous. »
Quel artiste a créé ce tableau ? Sur deepart.io, un réseau de neurones transforme les images téléchargées par les utilisateurs.trices en œuvres d'art correspondant aux styles de peintres célèbres. Quel artiste a créé ce tableau ? Sur deepart.io, un réseau de neurones transforme les images téléchargées par les utilisateurs.trices en œuvres d'art correspondant aux styles de peintres célèbres. | Photo (détail): © DeepArt Toutefois, ces algorithmes présentent également des faiblesses. De nombreuses œuvres générées uniquement par un logiciel d'IA semblent encore aussi prévisibles que la musique d'ascenseur que l’on entend à la réception et dans les couloirs d’hôtels de classe moyenne. Pour cette raison, Daddy’s Car a dû être interprétée par des humains, car une instrumentation purement mécanique aurait semblé trop statique. Même Matthias Bethge admet que son programme de dessin est actuellement « plus un outil artistique » qu'un artiste à part entière. 

L’IA peut-elle créer de l’art?

La question de savoir si un logiciel d'IA peut créer de l'art véritable est controversée, et la réponse varie selon que l’on adopte la perspective des créateurs et créatrices ou celle des effets que des œuvres sont capables de produire. Le futurologue Bernd Flessner juge l'art créé par un logiciel d'IA en tenant compte avant tout du public. « Si une œuvre d'art interpelle les personnes à qui elle est destinée, qu’il s’agisse d’une photo, d’un morceau de musique ou d’un livre, alors c'est de l'art, indépendamment de la manière dont l’œuvre a été créée », déclare le scientifique d'Erlangen. Un algorithme peut donc être tout aussi créatif qu'un être humain.

Pour le neuroscientifique Bethge également, les machines remplissent déjà les critères classiques de la créativité humaine. « La forme moderne de l'IA recueille des expériences et analyse des structures pour s’en détacher et créer quelque chose de nouveau et de surprenant. Un être humain créatif procède de la même façon. »

Et c'est exactement ce qu'a fait un logiciel d'IA appelé AlphaGo durant un tournoi mémorable du jeu de stratégie chinois Go en mars 2016. Lors du match final opposant le meilleur joueur humain de l’époque à un logiciel d’IA, ce dernier a effectué un coup qu’aucun humain n'aurait choisi, selon les critiques. Ce qui, à première vue, semblait être une grave erreur aux yeux de ceux et celles qui regardaient ce match homme-machine en direct sur YouTube, s'est rapidement avéré être un geste brillant qui a clairement scellé l’issue du match en faveur de la machine et pris les spectateurs et spectatrices complètement par surprise.

L'un d'eux était le mathématicien Marcus du Sautoy. « J'ai réalisé à ce moment que je venais d'assister à un changement de phase qui aurait des répercussions sur mon propre monde créatif », déclare le scientifique, qui enseigne à l'université d'Oxford et qui est l'auteur de l’ouvrage The Creativity Code, un livre sur l'IA et la créativité, dans lequel il explique comment l'art, la littérature et la musique issus de l'IA peuvent ouvrir de toutes nouvelles dimensions. Car l'IA est capable de saisir, de traiter et de combiner des données pour créer quelque chose de nouveau, plus rapidement et de manière plus globale que les humains. Curieusement, on peut même utiliser le Machine Learning pour donner une apparence humanoïde aux artefacts créés par des machines. À titre d’exemple, le collectif français Obvious, à l'origine du portrait du personnage fictif Edmund de Belamy, a opposé deux algorithmes : ils ont nourri le premier, le « générateur », de 15 000 portraits créés entre le 14e et le 20e siècle pour lui permettre de générer en permanence de nouveaux portraits. La tâche de l'autre algorithme, appelé Discriminator, était de rejeter les portraits derrière lesquels il soupçonnait une machine. Dans le cas d'Edmund de Belamy, le générateur a déjoué son adversaire, le Discriminator, qui n'a pas reconnu les peintures qu’il a produites artificiellement.

La question de l’auteur

Si les logiciels se rapprochent de plus en plus des artistes humains en termes de savoir-faire, ils n'ont en revanche aucune conscience des facteurs sociaux, émotionnels ou sociétaux, qui sont un moteur crucial de création. Sociologiquement parlant, ils sont un croisement entre un miroir aveugle et un idiot professionnel. Car aussi impressionnante que puisse paraître leur capacité à pénétrer chaque discipline numérisée jusqu'à ses limites et en peu de temps, ils sont naïfs à l'égard de tout ce qui se passe à gauche et à droite d'eux.



Pour l'instant, selon Marcus du Sautoy, c'est l'une des entraves à la créativité de l'IA artistique : « Nous, les humains, pouvons puiser dans des trésors de données visuelles, acoustiques et écrites, et les combiner de manière surprenante. L'IA, cependant, est basée sur des volumes de données très limités. « En d'autres termes, si les machines peuvent évaluer et traiter d'énormes volumes de données, leur imagination ne va jamais plus loin que l’ensemble des données qui leur est fourni - elles ne font pas de connexions directes avec d'autres domaines de la vie et de l’expérience. »

Mais cela soulève la question de savoir qui est réellement l’auteur de l'art généré par l'IA : le logiciel, ses programmeurs ou les codeurs qui l'ont alimenté en données et lui ont donné un ordre ? Et que dire des auteurs des morceaux de musique, des dessins ou des romans dont il a été nourri ?

Cette question est devenue très concrète après les recettes record générées par l'œuvre d'art Edmond de Belamy. Car elles ont été versées entièrement au collectif Obvious, basé à Paris, qui souhaitait que son œuvre soit comprise comme une référence « au parallèle entre la programmation d'un algorithme et l'expertise qui fait le métier et le style d'un artiste ». Au grand dam de Robbie Barat. L'artiste et développeur américain, qui avait mis l'algorithme open source sur Internet, c'est-à-dire qui l’avait rendu libre d'utilisation et de développement, est reparti bredouille, tout comme les milliers de dessinateurs.trices et de peintres dont les œuvres avaient alimenté le générateur d’Edmond de Belamy en tant que substrats de données.

L'IA est comme une brèche permettant d’éclairer notre concept humain de l'art. Car la question de savoir qui a réellement créé un hit, un tableau ou un best-seller s'applique également aux artistes humains. L'art assisté ou généré par l'IA est donc pertinent pour la simple et bonne raison qu'il soulève d'une manière nouvelle la controverse séculaire autour de l'identité ou la nature de l'artiste. C'est peut-être encore un miroir aveugle, mais un miroir dans lequel nous nous reconnaissons un peu mieux. Et cela est déjà une œuvre d’art en soi.