Schnelleinstieg:

Direkt zum Inhalt springen (Alt 1)Direkt zur Sekundärnavigation springen (Alt 3)Direkt zur Hauptnavigation springen (Alt 2)

Danachgedanken
Réflexions sur l'après-COVID 19

Kim Thúy
Kim Thúy | © Martin Girard

Un virus nous montre à quel point notre vie publique est interconnectée au niveau mondial et, en même temps,  à quel point elle est fragile. Que signifie la pandémie pour chacun d'entre nous et que signifie-t-elle pour la société ?

Von Kim Thúy

J’ai eu le privilège de me confiner avec mes enfants et mes parents. Nous avons tous adopté le nouveau mode de vie sans émettre un seul soupir, sans cligner des yeux, car nous avons la chance de traverser cette épreuve dans un pays où les structures politique, économique et sociale sont établies, solides et stables. Je suis fière de constater que le Canada ait pris ses décisions basées sur la sauvegarde de la vie humaine en priorité. Dès le premier point de presse, les autorités ont appelé la population à être solidaire. Elles se sont appuyées sur l’empathie des citoyens au lieu de la force coercitive. La plupart des Canadiens ont suivi les consignes officielles afin de protéger les plus vulnérables de la société.

Je cueille ces mots en silence

Les différents paliers gouvernementaux ont soutenu et encouragé l’effort des citoyens en élaborant rapidement des programmes d’aide financière. Peu nombreux sont les pays qui ont la capacité de déployer autant de moyens pour rassurer sa population comme le Canada. Mais encore faut-il avoir le courage politique de placer temporairement la protection des personnes les plus fragiles en haut de la liste des décisions. C’est pourquoi, en tant que citoyenne, il est facile pour moi de respecter les mesures et de participer à la mission commune. 

Étant très active et intéressée, il m’était difficile d’alléger mon agenda avant la pandémie. Heureusement, étant également ermite de nature, ce temps suspendu m’a apparu comme un cadeau. Le jour, je savoure chacune des minutes avec les enfants comme si elles étaient des caramels en temps de guerre ou des poèmes en prison. La nuit, j'observe les mots qui dansent sur mon écran, parfois au rythme des garçons du West Side Story et, d’autres fois, avec la grâce des ballerines du Lac des cygnes. Ils ne me sont jamais aussi nombreux que lorsque je me tais. Je cueille ces mots en silence pour en faire des phrases qui racontent des bribes de vérités parfois douces, souvent contradictoires. 

Après presque trois mois de crise, nous avons appris à laver nos mains, nos tomates, nos poignées de porte avec du savon et de l’alcool. Nous savons aujourd’hui ce qu’est l’immunité collective, la contamination croisée et la vulnérabilité.

Nous avons également réalisé que la nourriture et un abri sécuritaire sont essentiels mais insuffisants. Nous nous limitons à l’essentiel uniquement afin de retrouver éventuellement les activités non-essentielles, soit de partager un repas avec nos proches, de voyager pour découvrir une nouvelle culture, de nous asseoir devant une scène pour applaudir en chœur la présentation d’un talent… Au-delà de ces plaisirs, nous suivons ce régime strict de distanciation physique surtout pour pouvoir prendre nos aînés dans nos bras de nouveau. Nous comprenons maintenant que nous avons besoin de caresser leurs cheveux de sagesse argentée, de lire la cartographie humaine sur leur peau, d’entendre leurs souffles palpitants qui ont donné la vie, la nôtre. Nous sommes maintenant convaincus que, sans eux, sans ce lien avec ce qui nous a précédés, nous ne pouvons pas rêver à la suite du monde.
 
Je ne sais pas si ce temps a été assez long pour que ces prises de conscience se gravent dans les sillons de nos mémoires individuelle et collective. Mais, une chose est certaine : nos cœurs ont été marqués. Nous savons que les cœurs émus et affectés s’emballent souvent avec force. Parfois, ils réussissent même à transporter la raison et le raisonnable avec eux. Qui sait, peut-être que ce virus nous a révélé que les cœurs peuvent s’asseoir autour de la table avec l’enthousiasme, la fougue, la vision et l’autorité des ’leaders’ de ce nouveau monde qui nous attend.  
 

Dans le cadre du projet Danachgedanken, des intellectuel.lles et des artistes du monde entier sont invité.e.s à réfléchir sur l'impact actuel de la pandémie dans leur pays, ainsi que sur ses conséquences possibles, et à examiner les facteurs qui peuvent donner de l'espoir pour l'avenir.

 


 

Top