Joëlle Moliéra

Souvenirs les plus marquants du Goethe-Institut

Dietrich Sturm Jennifer Knobloch NN NN Catherine Taglioni Joëlle Moliéra Goethe-Institut Lyon
Joëlle Moliéra (à droite) avec Dietrich Sturm, Jennifer Knobloch, NN, NN, Catherine Taglioni
Mon goût pour la langue allemande, sa musicalité, sa construction, sa littérature ont guidé mon parcours professionnel. Quand la Ville de Lyon et la Métropole m’ont confié le développement des échanges franco-allemands sur notre territoire, je l’ai ressenti comme un véritable honneur, une responsabilité.


Dès lors, l’institution que représente le Goethe-Institut est devenue pour moi un partenaire privilégié dans notre coopération internationale, non seulement avec les villes partenaires de Leipzig et de Francfort, mais plus généralement avec toute l’Allemagne et l’Europe.
 
En cette année 2016 de célébration de son Cinquantième anniversaire, me reviennent en mémoire quelques événements marquants auxquels j’ai eu le bonheur et le privilège d’être associée :
 
En 2000, un voyage d’études dans la Ruhr avec des acteurs culturels, parmi lesquels Jacques Damez, Directeur de la galerie Le Réverbère, Serge Mathieu, regretté directeur de la Galerie Mathieu, Yves Robert, Directeur de l’Ecole Nationale des Beaux-Arts, à l’initiative du Directeur de l’époque Dietrich Sturm, formidable directeur - et de sa fidèle collaboratrice Catherine Taglioni - auxquels je souhaite ici rendre hommage. Une inoubliable visite des mines de charbon, notamment celles de Zollverein reconverties en sites culturels, classées au patrimoine mondial de l’humanité en 2001.
 
En 2001, l’exposition de l’artiste Anselm Kiefer « Les Reines de France » au Centre d’Art Contemporain Le Rectangle, précurseur de la grande rétrospective du Centre Georges Pompidou de 2015. Ce fut un bonheur d’accompagner Denis Trouxe, Adjoint à la Culture, et Dietrich Sturm, pour rendre visite à l’artiste, chez lui, installé dans le sud de la France. Je me remémore encore avec émotion l’odeur de la peinture, les innombrables chefs d’œuvres entreposés dans ses immenses ateliers… et la présence extrêmement efficace de nombreux chats protégeant les toiles de morsures de souris...
 
En juin 2016, un séjour à Berlin, initié par Joachim Umlauf que je souhaite ici tout particulièrement remercier pour la découverte de Neukölln, l’un des quartiers les plus attractifs de Berlin pour les jeunes et les artistes. Avec en son cœur l’aéroport de Tempelhof transformé en gigantesque parc où les pistes d’atterrissage servent désormais aux promeneurs, aux vélos, aux skateurs…
 
Je souhaite rendre hommage au travail remarquable du Goethe-Institut qui, depuis sa création, grâce à une programmation exigeante et néanmoins accessible, permet à des dizaines de milliers de Lyonnais de vivre la réalité des échanges franco-allemands et européens sur notre territoire.

Joëlle Moliéra
21/07/2016
 
Top